-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mekla  : Alerte à l’amiante dans un lycée

Les responsables locaux, les parents d’élèves et l’association Tafsut tirent la sonnette d’alarme sur le danger constant qui prévaut au lycée Frères-Abbaches de Mekla. 

Dans son rapport adressé au ministre de l’Education nationale le 12 juin dernier, et dont le Jeune Indépendant détient une copie, l’association Tafsut déclare que la structure éducative, faite en préfabriqué, contient de l’amiante et la partie en verre deux matières cancérigènes. 

Il convient de noter que ce courrier fait suite à deux autres qui datent de 2009 et 2017, et qui, de toute évidence, sont demeurés sans réponse. C’est pourquoi Tafsut a demandé au ministre de l’Education de construire un nouveau lycée en dur. 

De son côté, une commission, composée de plusieurs éléments, dont le président de l’APC, son adjoint, les représentants de la Protection civile et de l’urbanisme ainsi que le proviseur du lycée concerné, a, dans un procès-verbal de constat établi le 12 avril 2018, fait ressortir plus d’une dizaine d’éléments nécessitant une grande réparation en urgence. Ce constat établi sur les lieux a fait suite à une demande faite dans ce sens par la direction des équipements publics (DEP) à travers son courrier n°496/DEP/SCSOR/314/2018 du 2 avril 2018. 

La commission d’expertise a effectivement constaté de nombreux points constituant un danger « imminent ». Il s’agit, entre autres, des différents murs de clôture et de soutènement, de la détérioration de l’ensemble des dallages périphériques, des fissures sur les murs et autres ouvrages de maçonnerie ; ce qui cause des infiltrations d’eaux pluviales dans les différents blocs de l’établissement, en sus du gondolement des revêtements de sol. Toutefois, le plus grand danger est représenté par les différents murs de soutènement dont la déclivité, soit l’inclinaison, est si grande, d’où une menace d’effondrement.

Dans ce même document, le président d’APC, Ahmed Haddadi, a demandé l’inscription d’un pôle éducatif composé d’un lycée, d’un CEM et d’un groupe scolaire puisque le terrain d’assiette devant l’accueillir existe déjà. Il s’agit du site ayant déjà accueilli le lycée Frères-Abbache, et qui est d’une superficie de 4 ha. Hélas, les autorités n’ont pas tenu compte du cri de détresse des signataires de ce procès-verbal et encore moins de la demande du premier magistrat de la commune de Mekla, à savoir l’inscription d’un nouveau pôle éducatif. 

Il convient de noter que sept ans plus tôt, plus exactement le 24 avril 2011, le président d’APC de Mekla d’alors, B. Larabi, avait saisi, par le biais d’une correspondance, le directeur de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou pour lui demander l’inscription d’un nouveau lycée en remplacement de celui fait en préfabriqué ainsi que d’un nouveau CEM. 

En dépit d’une copie transmise respectivement au wali, au secrétaire général de la wilaya, au DAL (directeur des affaires locales) et au DLEP (directeur local des équipements publics), aucune suite n’a été réservée aux autorités communales de Mekla. C’est pourquoi aujourd’hui, las d’attendre et surtout soucieux d’éviter le danger sanitaire pour les personnels fréquentant le lycée Frères-Abbache, les responsables concernés directement par cette situation tirent, encore une fois, la sonnette d’alarme. 

Reste donc à savoir si, cette fois-ci, l’autorité compétente compte s’impliquer dans la recherche d’une solution idoine à cette problématique ou alors faire la sourde oreille une fois de plus.

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email