Médicaments anticancéreux : Inauguration d’une nouvelle unité de production – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Médicaments anticancéreux : Inauguration d’une nouvelle unité de production

Médicaments anticancéreux : Inauguration d’une nouvelle unité de production
Aoun inaugure l'unité de production des anticancéreux à Oum El Bouaghi.

Dans le cadre des efforts déployés par l’Algérie pour garantir la disponibilité des médicaments anticancéreux qui ont connu de fortes perturbations et des ruptures cycliques ces dernières années, une nouvelle unité de production, Democedes Pharma, vient de voir le jour à Oum El-Bouaghi.

Elle a été inaugurée par le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, lors de sa visite d’inspection et de travail dans la wilaya. A cette occasion de la cérémonie d’inauguration de cette unité de production de traitements d’oncologie, le ministre a souligné « l’importance de cette étape dans la quête continue de solutions efficaces contre cette maladie dévastatrice ». 

Représentant un investissement de 5,4 milliards de dinars, l’unité de production est équipée de technologies de pointe permettant la fabrication d’anticancéreux sous forme solide, tels les comprimés et les gélules, ainsi que sous forme liquide conditionnés en flacons liquides et flacons lyophilisés.

La capacité de production de cette unité est de 60 millions d’unités de doses solides et de 2,7 millions d’unités d’injections lyophilisées par an. Democedes Pharma est « spécialisé dans la fabrication de médicaments anticancéreux, notamment des cytotoxiques, des traitements ciblés et des thérapies hormonales, en stricte conformité avec les normes internationales », selon les explications de son premier responsable. Des normes qui garantissent « la qualité et l’efficacité des produits destinés aux patients nécessitant des soins contre le cancer », a assuré le même responsable.

Ali Aoun a tenu, lors de cette inauguration, à exprimer sa satisfaction quant au lancement de production de cette unité et a félicité le propriétaire de l’entreprise pour cet acquis. Il a aussi invité le responsable de Democedes Pharma à inscrire le plus grand nombre possible de médicaments en 2025 pour approvisionner les pharmacies centrales. 

Le ministre a également effectué une visite à une unité spécialisée dans la production de produits pharmaceutiques et de fournitures médicales relevant de l’entreprise privée IMGSA, située dans la zone industrielle d’Aïn M’lila, à Oum El Bouaghi. Il a, à cette occasion, posé la première pierre du projet de création d’une unité de production de matières premières pour le médicament Paracétamol, avec une capacité de production d’environ 1 000 tonnes par an. Ce projet est l’un des plus importants axés sur la production de matières premières utilisées dans la fabrication de médicaments.

En outre, le ministre a appelé à Oum El-Bouaghi les investisseurs privés à « multiplier la production des produits pharmaceutiques pour réduire la facture des importations ». Il a assuré, à cette occasion, que l’Etat poursuivra son soutien aux investisseurs privés et restera à leur côté en leur offrant toutes les facilités et en les accompagnant pour lever toutes les entraves qu’ils risquent de rencontrer. Il a, dans ce sillage, annoncé que, mardi prochain, sera organisée une réunion avec les producteurs de produits pharmaceutiques afin de mettre fin aux problèmes des producteurs et surmonter les obstacles qui entravent le renforcement des capacités de production. 

Dans la commune d’Oued Kacem, le ministre a également donné le coup d’envoi d’une opération d’exportation d’une cargaison de 1,5 million unités de gants médicaux et chirurgicaux vers la Mauritanie, exprimant sa satisfaction des efforts déployés par cette entreprise privée de fabrication de gants médicaux et espérant que la Mauritanie constitue la porte aux entreprises algériennes pour élargir leurs exportations vers l’Afrique.

Réouverture de Hupp Pharma dès la levée des réserves

Interrogé en marge de sa visite sur l’affaire de la fermeture temporaire de Hupp Pharma, le ministre a commenté que « cette décision est une pratique courante dans la plupart des pays à travers le monde et elle est conforme à la législation »  

Insistant sur l’aspect temporaire de la fermeture de cette entreprise, il a tenu à préciser que « le responsable de cette entreprise doit rapidement agir de sorte qu’il y ait levée des réserves qui ont été émises. Une fois qu’il aura pris en considération les observations qui lui ont été faites, l’usine reprendra ses activités dans les plus brefs délais ».

Concernant le contrôle de la qualité des médicaments, Ali Aoun a tenu à souligner que « l’Etat a intensifié les contrôles au niveau des usines qui fabriquent les médicaments », martelant que « l’ère où des personnes faisaient du business sur le dos de la santé des citoyens est révolue ». Il a indiqué qu’« en tant que premier responsable de ce secteur et afin de préserver la santé des Algériens, je ne peux permettre le moindre doute quant à la qualité d’un médicament », ajoutant qu’il espère que « la fermeture temporaire de Hupp Pharma serve de leçons aux restes des producteurs de médicaments car toutes les unités de production sont suivies et contrôlées à la loupe ».

En attendant la levée des réserves, la CNASCNAS Caisse nationale de la sécurité sociale a décidé l’arrêt de remboursement des produits commercialisés par ces laboratoires en se référant au communiqué de l’ANPP du 28 août 2023 portant retrait des produits des laboratoires Hupp Pharma et fermeture de leurs locaux à titre conservatoire. Une correspondance de la direction générale a été communiquée dans ce sens aux responsables des agences de la compagnie CNAS.

Pour rappel, l’Union nationale des opérateurs pharmaceutiques (UNOP) avait récemment déclaré que la fermeture provisoire de Hupp Pharma et le retrait de la mise en marché de tous ses produits sur l’ensemble du territoire national ne devait pas jeter le discrédit sur le reste des producteurs du secteur.

L’UNOP avait ajouté que cette procédure prouve que les autorités de la tutelle contrôlent de près la production des produits pharmaceutiques en Algérie, ce qui démontre de la qualité des médicaments produits en Algérie. L’UNOP avait aussi insisté sur la nécessité impérieuse qui s’impose à tous les fabricants opérant sur le marché du médicament de se conformer totalement, et sans réserve, aux prescriptions légales et réglementaires régissant les bonnes pratiques de fabrication.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email