-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Opération ville propre

Médéa : Opération ville propre

La ville de Médéa a entamé, en début de semaine, une campagne de nettoiement qui a commencé par le ramassage des déchets jonchant la cité des 480-Logements connue sous l’appellation populaire de « Kabinda ».

La municipalité, qui a mobilisé les moyens de travaux publics et de transport, a déploré l’absence des résidents et des acteurs publics concernés par l’opération de nettoiement, notamment les organismes chargés de la gestion des immeubles et des réseaux d’assainissement.

En effet, les résidents de la cité n’ont, quant à eux, pas fait preuve de présence à l’action de volontariat hormis quelques-uns parmi les plus âgés et les membres de l’association de quartier, qui ont aussi regretté l’incivisme de certains locataires et l’absence des opérateurs publics concernés par l’opération de nettoiement.

Des comportements indignes ont même été remarqués, notamment les sachets balancés des balcons, ramassés par les travailleurs de l’APC sous le regard indifférent de certains citoyens qui n’ont pas daigné participer à la campagne.

Considéré comme la cité possédant l’architecture la plus moderne, le quartier qui est occupé depuis quelques années seulement, n’en continue pas moins de crouler sous les ordures jetées d’une manière anarchique par des résidents, notamment des femmes qui n’hésitent pas à balancer le contenu de leurs sachets par les fenêtres.

Des détritus de toutes sortes ont également envahi les espaces limitrophes qui sont censés servir de lieu de repos et d’embellissement de la cité, tels que les espaces verts et les aires de jeux, devenus des réceptacles des déchets charriés par le vent ou volontairement déposés.

L’opération de nettoiement qui tend à donner un visage plus avenant à la ville, devra se prolonger durant trois semaines afin de garantir une rentrée sociale dans une meilleure salubrité publique.
Selon Ghribi Mohamed, chef de service d’hygiène de la commune de Médéa, l’opération de nettoiement a été programmée à l’issue d’une réunion de coordination avec les associations de quartiers.

« L’APC a mis à la disposition des citoyens les moyens matériels nécessaires, avec ceux de l’entreprise publique de gestion des déchets, sans la présence de l’ONA pour le curage des regards obstrués et de l’OPGI, le principal gestionnaire des biens immobiliers. » 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email