-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Menace sur le singe magot

Médéa : Menace sur le singe magot

Espèce protégée, le singe magot ou macaque de barbarie, qui vit dans la partie sud de l’Atlas blidéen, est exposé à la menace d’extinction, qui est réelle dans cette zone depuis que l’information faisant état de vol de bébés de ce genre de primate, qui fait le bonheur des familles en quête de loisirs, a été vérifiée par les services forestiers.

En effet, un citoyen s’est présenté la semaine dernière à la direction de la conservation des forêts de Médéa pour déposer un bébé singe qui a été trouvé errant sur la voie publique, est-il rapporté par les services de cette administration.

Pour sa préservation, le jeune animal a pu réintégrer son milieu naturel après sa remise par la conservation des forêts à la direction du parc naturel de Chréa, a indiqué le conservateur des forêts de la wilaya de Médéa, Boukerche Mohamed.

Pour ce dernier, la menace est devenue plus prégnante depuis l’ouverture de l’autoroute, laissant la voie libre aux automobilistes qui empruntent l’ancien tracé de la RN1 passant par la localité d’El Hamdania, qui est une destination des familles à la recherche de loisirs.

Et pour cause, la baisse des flux de véhicules sur l’ancien tracé a favorisé le vol de singes magot que certains aventuriers, qui n’hésitent pas à appâter les bébés de ce primate pour les capturer et les emprisonner dans les malles de leurs voitures.

Outre le cas du bébé singe trouvé errant dans la ville de Médéa parce que ceux qui l’ont volé ne sont probablement pas parvenus à l’apprivoiser et ont fini par le relâcher sur la voie publique, de nombreux cas d’individus adultes écrasés sur la chaussée sont enregistrés sur le même axe routier, selon le même responsable.

La diminution de la population de cette espèce de primates est de plus en plus menacée et sa survie est rendue difficile pour de nombreux facteurs, notamment la perte de superficies forestières due aux incendies, le braconnage, et le tourisme non contrôlé qui met en péril la vie sauvage des singes en les nourrissant de denrées alimentaires inadaptées, explique-t-on.

Parmi les mesures suggérées à la direction du parc de Chréa pour faire face au phénomène de vol et de braconnage est celle de renforcer la vigilance autour des endroits fréquentés par les visiteurs et les automobilistes passant par l’ancien tracé de la RN 1, tout en plaçant de nouvelles plaques de signalisation de limitation de vitesse pour ne pas exposer au risque d’accident les jeunes singes traversant la chaussée.

Fort heureusement, seules deux à trois groupes de singes magots vivent proches de cet axe routier sur un nombre de 16 groupes d’une trentaine d’individus chacun qui ont été recensés dans l’aire du parc de Chréa, vivant encore à l’état sauvage, selon un inventaire établi par cet organisme.

Il faut aussi rappeler que la détention d’espèces sauvages est interdite par la réglementation algérienne en ce qui concerne la protection des espèces de flore et de faune sauvages, est-il noté.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email