-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Lutte contre l’abattage clandestin

Médéa : Lutte contre l’abattage clandestin

Le problème de l’abattage clandestin a été au centre de la réunion du dernier conseil exécutif, et au cours de laquelle il a été demandé aux services concernés, notamment ceux de l’Inspection vétérinaire, de redoubler de vigilance et de contrôle pour éradiquer ou, du moins, réduire son ampleur.

L’augmentation du volume de consommation des viandes rouges, qui traduit l’amélioration du niveau de vie des foyers, devra nécessiter des services du contrôle une plus grande vigilance en ce qui concerne les produits provenant des différents abattages.

Comme le prouvent les chiffres relatifs au nombre de bêtes abattues quotidiennement dans les abattoirs et autres tueries disséminés à travers les communes, les quantités de viandes rouges consommées sont en hausse continue.

Selon les chiffres émis, on recense en moyenne 760 têtes ovines et 135 têtes bovines abattues chaque jour dans les deux abattoirs et neuf tueries que compte la wilaya.

Le contrôle s’y fait de manière systématique par les vétérinaires et les agents chargés de l’hygiène communale. Pour éviter la prolifération des abattages clandestins, notamment les jours de marché, des instructions ont été données au cours de la dernière réunion du conseil exécutif afin d’empêcher l’écoulement des viandes provenant de ces abattages.

Les abattoirs existants sont localisés à Médéa et à Berrouaghia. L’abattage et la découpe y sont réalisés sous la surveillance des vétérinaires et dans le respect des règles d’hygiène et de salubrité exigées.

L’abattoir communal de Médéa dispose d’une capacité d’abattage de 150 ovins et de 35 bovins, alors que le second abattoir, fruit d’un effort d’investissement particulier et opérationnel depuis 2015, a une capacité de 240 ovins et de 60 bovins.

Les agents des services de contrôle ont été chargés de vérifier si les viandes mises en vente sont saines et fraîches en vue d’une consommation humaine, ainsi que de veiller aux conditions de santé du cheptel destiné à l’abattage.

Au cours de son intervention, le secrétaire général de la wilaya, qui a présidé la réunion, a demandé aux services concernés d’intensifier les contrôles sanitaires et de prendre les mesures adéquates pour la préservation de l’environnement des lieux d’abattage.

Il a en outre insisté sur l’équipement des tueries en chambres froides pour la conservation des carcasses ainsi que sur la nécessité de leur transport à des températures appropriées.

Il a aussi été préconisé l’organisation d’une campagne d’information et de sensibilisation en direction de la population sur les dangers que représentent l’abattage clandestin et la consommation provenant de ces abattages, et une autre afin de responsabiliser les employés des abattoirs et tueries sur les conditions d’hygiène à faire respecter dans ces endroits.

Pour rappel, on enregistre, ces dernières années, de nombreuses saisies dans les abattoirs et autres tueries par les vétérinaires, après que ces derniers y eurent décelé la présence de certaines maladies infectieuses.

On indique que, lors des actions menées au cours des différentes opérations de contrôle, il a été procédé à des saisies de carcasses non estampillées d’agnelles, proposées en tant que viande d’agneau. Pis encore, les vendeurs clandestins proposent aux consommateurs non avertis des organes et des abats considérés comme impropres à la consommation.

Pour que les mesures décidées soient efficaces, les brigades de contrôle devront mener une lutte continue contre l’abattage illégal à travers la multiplication des inspections au niveau des boucheries et autres endroits de vente de viande, le contrôle des établissements de manipulation des denrées animales et d’origine animale ainsi que des moyens de transport de ces denrées qui nécessite le respect de la chaîne de froid.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email