-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa: Le mouvement citoyen ne s’est pas essoufflé

Médéa: Le mouvement citoyen ne s’est pas essoufflé

Plus nombreuse que les semaines passées, la foule a été, au 7e vendredi, plus déterminée que jamais pour exprimer haut et fort ses revendications, à savoir le départ du système prédateur qui l’a toujours privée de ses droits.
Contrairement aux prédictions, la marée humaine est venue encore une fois démentir ceux qui misaient sur son essoufflement, alors que le mouvement populaire entame son 2e mois de contestations sans rien perdre de sa vigueur.
Pour une rupture radicale avec le système en place, la marche populaire d’hier a adapté ses slogans au nouveau contexte politique, rejetant toute autorité n’émanant pas du choix souverain du peuple, rejetant toute tutelle issue de l’armée ou de l’opposition. Dans le lot des slogans scandés par la foule ou écrits sur les banderoles et les écriteaux déployés, il ressortait à chaque fois cette volonté populaire de ne plus accepter ceux qui ont été à l’origine de la crise, répétant à tue-tête « Barakat, barakat Min Hokm Al Issabat » (Fini le pouvoir des gangs). La marche s’est longuement arrêtée devant le siège de la wilaya où elle a entonné de nombreux chants et allumé des fumigènes tout en criant des slogans hostiles au système et donné de la voix pour dénoncer ceux qui ont pillé les richesses du pays qu’ils ont appelé de « Sarrakine, Leyssa Wataniyine » (voleurs et non patriotes), « Adkhilou Essoudjoune Elli Bnitouha » (Entrez dans les prisons que vous avez construites). La marche pacifique a par la suite emprunté les rues situées autour du siège de la wilaya et le boulevard de l’ALN sous une escorte de jeunes cyclistes et de véhicules bondés de citoyens qui emplissaient l’air de klaxons et de sonneries.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email