-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Le hirak maintient la pression

Médéa : Le hirak maintient la pression

C’est une marche hebdomadaire qui s’est vue revigorée par l’adhésion de plus en plus de citoyens pour crier ensemble leur rejet d’une élection entamée dans les mêmes conditions que celles que le pays a connues lors des différentes consultations qui ont eu lieu depuis l’indépendance. C’est ce qu’indique ce citoyen, inconditionnel de la marche, pour qui « rien ne viendra entamer la détermination du hirak à continuer à sortir dans la rue pour dénoncer le jeu auquel se livre le pouvoir pour se maintenir ».

S’ébranlant à partir du lieu de rencontre près du siège de la wilaya, la foule a pris la route menant au siège de la wilaya en scandant « makanch l’vote » (Pas de vote) et « Klitou lebled Ya Khawana » (Vous avez pillé le pays, traîtres). « Libérez Bouregaâ » est l’autre slogan porté par un groupe de citoyens qui a rejoint la marche et demandé que soient libérées toutes les personnes arrêtées pendant les marches et emprisonnées pour leurs opinions politiques. Pour cet ancien cadre d’une institution publique, « il n’y a pas de doute, le pouvoir fait de la résistance et manigance pour que rien ne change ». Car, dira-t-il, « ce sont toujours les mêmes personnes et les mêmes organisations politiques et sociales qui ont végété à l’ombre des différents régimes qui ont régenté le pays qu’on voit s’agiter dans le seul but de rester incrustées dans les rouages des institutions politiques du pouvoir ».

Comme à son accoutumée, la foule a emprunté la route menant au siège de la wilaya pour s’attarder quelques moments en scandant des slogans hostiles au pouvoir et en criant haut et fort son rejet de l’élection avec la Issaba (bande). Poursuivant son itinéraire habituel, la marche, disposée en une longue procession, s’est par la suite dirigée vers les quartiers jouxtant les cités et les administrations situées sur son passage jusqu’au carrefour faisant la jonction entre la route d’Alger et le boulevard de l’ALN. La marche s’est encore revigorée cette semaine depuis l’annonce de l’installation de la délégation de préparation et de surveillance des élections dont certains membres, selon des avis de citoyens, « ont fait partie de la défunte instance indépendante et sont militants de partis de l’Alliance présidentielle du temps de Bouteflika ». Car, il faut rappeler à ce pouvoir « que rien n’arrêtera la volonté d’un peuple qui aspire à instaurer une République démocratique, où l’expression libre du citoyen est respectée quant au choix de ses représentants ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email