-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : La colère du wali

Médéa : La colère du wali

Parmi les projets ayant un caractère stratégique pour le développement de la wilaya, la réalisation d’un second pôle universitaire dans la commune proche d’Ouzera occupe indubitablement une place de première importance.

Et pour cause ! L’absence d’acquisition de nouvelles réalisations depuis plus de 5 années, hormis quelques structures pédagogiques récentes, a induit des situations de surcharge des classes qui ont énormément déteint sur le déroulement et la qualité des enseignements.

Les mesures palliatives consistant en l’allongement des horaires de cours et en la surcharge des conditions d’occupation des chambres d’hébergement n’ont pas arrangé les choses, induisant même des baisses de rendement chez les étudiants qui ne trouvent même plus le temps suffisant à consacrer à la révision de leurs cours ou à mener des recherches.

Confié à la société turque SKN, le projet de réalisation du nouveau pôle, d’une capacité de 6 000 places pédagogiques et de 4 000 lits, accuse beaucoup de retard pour ne pas susciter le courroux du wali, Mostafa Layadi qui, lors de sa visite du chantier mardi dernier, n’a pas manqué de réitérer sa mise en garde aux responsables de la société sur le nécessaire respect des délais contractuels.

Le secteur de l’enseignement supérieur étant le plus affecté par les retards de livraison, le manque de disponibilité de nouvelles infrastructures a obligé les gestionnaires de recourir à l’affectation d’un lycée à l’université, en dépit des problèmes de surcharge que connaissent certains établissements éducatifs.

Ainsi, il a été fait appel à la solidarité intersectorielle afin de régler le problème de la rentrée écoulée pour faire face aux importants flux de nouveaux étudiants, dont le nombre a atteint près de 6 000 nouveaux inscrits.

Au cours de sa visite, la deuxième en l’espace de 2 mois, le premier responsable de la wilaya a demandé à ses interlocuteurs de procéder au renforcement du chantier pour impulser un rythme accéléré aux travaux, instruisant, par la même occasion, les bureaux d’études chargés du suivi d’assumer pleinement leur mission.

Il faut peut-être rappeler que la firme turque avait donné son engagement de livrer une partie du projet à la rentrée passée, chose qui n’a pas été respectée. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email