-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa Covid-19 : risque de pénurie d’oxygène

Médéa  Covid-19 : risque de pénurie d’oxygène

Compte tenu de la recrudescence des contaminations enregistrées à travers la wilaya, la situation est jugée grave par le Dr Rabah Bechlayed, chef du service des activités paramédicales à l’EPH Mohamed-Boudiaf de Médéa, qui a déclaré qu’il a été enregistré une grande affluence de personnes infectées par la maladie au service anti-Covid, et ce au cours de ces dernières semaines.

“La situation est très grave ! Ce n’est pas pour faire peur aux citoyens que nous le disons mais c’est la réalité de la situation épidémiologique qui sévit en ce moment. Une situation marquée par l’arrivée, de plus en plus massive, de citoyens admis au service anti-Covid et ayant un besoin pressant d’oxygène. Contrairement à la précédente vague, où tous les cas admis n’avaient pas tous besoin d’oxygène, ceux qui arrivent ces derniers temps sont, pour la plupart, des cas en détresse respiratoire”.

Les services hospitaliers sont quasiment submergés par les nouveaux malades contaminés par le coronavirus. Une situation qui va en s’aggravant, non sans provoquer l’épuisement du personnel médical et soignant mobilisé.

“Si le travail est un devoir qui requiert une mobilisation jour et nuit, c’est plutôt cette nouvelle vague de la pandémie qui harasse les personnels de la santé. Il appartient en effet aux citoyens de nous aider en se faisant vacciner et en continuant à observer les mesures de prévention édictées, notamment le port de la bavette et le respect de la distanciation sociale. Il faut dire que cette nouvelle situation est le résultat du relâchement des citoyens quant à l’application des mesures préventives, simples mais ô combien utile pour endiguer la circulation du virus”, a-t-il expliqué.

Le praticien appelle les citoyens à se faire vacciner car, selon lui, le vaccin est le seul moyen d’éviter la contamination par la Covid-19. C’est seulement en vaccinant le maximum de personnes, soit 50% à 60% de la population, et en respectant les gestes barrière qu’on pourra atteindre l’immunité collective. Ce n’est pas compliqué pour faire face à cette pandémie, aussi virulente que dangereuse, qui a déjà fait beaucoup de victimes et emporté beaucoup de vies humaines de toutes les catégories et de tous les âges de la population algérienne.

Le grand problème que connaissent les structures de santé au niveau national est celui de la disponibilité de l’oxygène utilisé pour aider les personnes à respirer et donc à rester en vie. Fort heureusement, l’hôpital Mohamed-Boudiaf de Médéa ne connaît pas pour le moment de pénurie en oxygène et s’est même doté de 90 lits supplémentaires équipés en oxygène, et ce dans le but de faire face au nouveau variant Delta, comme annoncé la semaine passée par le directeur de la santé publique, Mohamed Cheggouri.

D’ailleurs, une cargaison d’oxygène est arrivée ce mercredi à l’EPH de Ksar El-Boukhari, où un grand nombre de patients infectés par le coronavirus sont hospitalisés et où une femme atteinte de Covid a donné naissance à un bébé grâce à la mobilisation de l’équipe médicale et chirurgicale de l’établissement.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email