-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Coup d’envoi du projet de renforcement de l’AEP

Médéa : Coup d’envoi du projet de renforcement de l’AEP

En visite dans la wilaya de Médéa, Hocine Necib, ministre des Ressources en eau, a procédé avant-hier à la mise en service du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Médéa et des communes environnantes à partir de la déviation du système Ghrib-Berrouaghia, au niveau de la station de pompage.

Désormais, l’agglomération de Médéa et 4 autres communes limitrophes seront approvisionnées d’une manière régulière et quotidienne à raison de 12 000 m3 par jour, volume de distribution qui sera doublé d’ici l’année prochaine et relevé à 60 000 m3.

Le ministre s’est rendu d’abord au site de réalisation du barrage de Béni-Slimane d’une capacité de 6,9 millions de m3 dont l’achèvement est prévu vers la fin de l’année et la mise en eau vers la fin du mois de novembre 2017.

L’ouvrage permettra l’irrigation d’un périmètre agricole d’une superficie de 2 00 ha dans un premier temps, alors que la superficie irriguée sera augmentée de 600 ha afin d’élargir les superficies céréalières et arboricoles de la zone de Béni-Slimane, qui est destinée à devenir une réplique de la Mitidja.

Concernant l’alimentation en eau potable de la wilaya, le ministre indiquera qu’il faut mobiliser en amont et améliorer la gestion des réseaux du service public de l’eau potable.

Il faut impérativement mettre à niveau le réseau et réaliser l’interconnexion des systèmes d’approvisionnement de la wilaya à partir du barrage de Koudiet Acerdoune, le captage du champ hydraulique de Birine(Djelfa) et du barrage Ghrib(Aïn Defla), dira le ministre.

Au niveau de la station de traitement des eaux usées de Oued Lahrèche à Médéa, le ministre a insisté auprès de ses interlocuteurs du secteur sur l’utilisation des boues tirées de la station qui, dira-t-il, sont hautement fertilisantes et biologiques, sans pollution pour les sols et les nappes, raison pour laquelle elles convoitées dans les pays développés.

A ce propos, il convient d’envisager leur valorisation dans le cadre de l’investissement, sachant que les boues sont d’un grand intérêt pour le secteur de l’agriculture, dira encore le ministre.

La gestion des réseaux d’AEP par l’ADE couvre aujourd’hui 48 sur les 64 communes que compte la wilaya ; il est devenu impératif d’intégrer les agglomérations dont les réseaux sont gérés par les communes à la gestion par l’ADE, demandera le ministre.

Ainsi, l’interconnexion des systèmes est l’alternative pour assurer l’approvisionnement des populations et de parer à tout aléa pouvant survenir sur l’un des systèmes afin de sécuriser l’alimentation normale des villes et agglomérations de la wilaya.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email