-- -- -- / -- -- --
Nationale

Médéa : Commémoration de la mort du commandant Si Lakhdar

Médéa : Commémoration de la mort du commandant Si Lakhdar

La wilaya de Médéa a commémoré, hier, le 58e anniversaire de la mort du commandant Mokrani Rabah dit Si Lakhdar, en présence de Saïd Abadou, secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), des autorités locales et de nombreux compagnons d’armes du martyr.

C’est à la fraction d’Ouled Saïd, sur le flanc du djebel Boulekroune où le chahid est tombé au champ d’honneur, dans la commune de Djouab, à 70 km à l’est du chef-lieu de wilaya, que les festivités commémoratives ont eu lieu.

Le secrétaire général de l’ONM, a évoqué dans son allocution les qualités du chahid et de tous les combattants tombés au champ d’honneur qui ont sacrifié leur vie pour le recouvrement de la liberté et de l’indépendance du pays.

Cette commémoration est une occasion de transmettre le message aux générations présentes et futures pour leur faire connaître les luttes héroïques de leurs aînés, à l’image de Si Lakhdar.

L’orateur a mis l’accent sur la résistance du chahid et ses nombreux faits d’armes qui ont occasionné des pertes aux colonnes françaises avant de tomber au champ d’honneur au cours de la bataille de Djebel Boulekroune le 5 mars 1958.

En effet, le martyr était connu pour sa bravoure lors des combats contre les forces coloniales, doublé d’un sens de l’organisation très élevé. Il s’est particulièrement illustré dans la région où il a remporté à la tête de la compagnie qu’il dirigeait de hauts faits d’armes.

Né à Lakhadaria ex-Palestro, le commandant Saïd Mokrani dit Si Lakhdar possédait de grandes valeurs morales et était doté d’une intégrité exemplaire, qualités qui s’ajoutaient à son courage à toute épreuve pour mériter la confiance de ses responsables.

Il devenait l’un des chefs de l’unité de commandos Ali Khodja qui mena des actes spectaculaires contre les forces coloniales en leur infligeant de lourdes pertes.

Il a formé des unités de combat dans la zone comprise entre Bouira et Aïn Bessem et a été ensuite promu chef de la compagnie d’élite, puis officier en 1956 et membre de la wilaya IV historique en 1958. Il tomba au champ d’honneur le 5 mars 1958 près de Djouab, les armes à la main, après une bataille héroïque contre l’ennemi qui a duré plusieurs heures, selon les témoignages de ses compagnons.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email