-- -- -- / -- -- --
Nationale

Me Selini : «La DGSN a présenté ses excuses et sanctionné les policiers»

Me Selini : «La DGSN a présenté ses excuses et sanctionné les policiers»

Prévue hier, la journée de boycott des audiences de la cour et des tribunaux d’Alger n’a finalement pas eu lieu. Le bâtonnier a justifié cette annulation par le fait que les motifs à l’origine de la décision n’existaient plus.

Il s’agit de l’incident qui s’est produit jeudi dernier entre un avocat du barreau d’Alger et des policiers en faction au tribunal criminel, lesquels lui ont interdit de communiquer avec son client alors poursuivi dans une affaire criminelle liée au trafic de drogue, car il ne portait pas sa robe noire.

Tout a commencé dans la salle d’audience qui devait abriter le procès de 10 inculpés poursuivis dans une délicate affaire de trafic de drogue. Me Khemkhem Zakaria, constitué au profit de l’un des inculpés et sans robe, s’est rapproché du périmètre du box des accusés et a voulu prendre contact avec son client.

Le policier chargé de surveiller les mis en cause s’est dirigé vers l’avocat et lui a fait savoir poliment qu’il était en infraction, d’autant plus que il ne portait pas sa robe noire. Mais l’avocat a continué d’avancer vers son client tout en proférant des obscénités contre le policier qui a gardé son calme. Furieux, l’avocat s’en est pris à un autre policier qui était debout devant le box des accusés et qui lui a demandé de s’éloigner de l’endroit.

Quelques instants plus tard, l’officier chargé de la couverture sécuritaire au tribunal criminel d’Alger fait son apparition dans la salle d’audience et demande à son auxiliaire des explications quant à l’incident. L’avocat est intervenu à ce moment et a lancé à l’adresse de l’officier : « C’est ma maison, je fais ce que je veux. Je suis libre et indépendant de circuler n’ importe où et à n’importe quel moment ! ».

L’officier, d’une sagesse exemplaire, a demandé à l’avocat alors sans robe de le suivre et de lui présenter sa carte professionnelle. L’avocat s’est mis à crier de toutes ses forces au seuil de la salle d’audience et a ameuté ses collègues qui sont venus en masse. Sans hésitation, des avocats ont fait usage de la force en assénant des coups de poing et de pieds à trois policiers et à l’officier.

Alertés par les cris qui provenaient du hall du palais de justice, le premier procureur général Abdelkader Mihoubi, est descendu sur les lieux pour s’enquérir de la situation qui a failli prendre de l’ampleur. Un rapport détaillé a été adressé au premier responsable du parquet de la République du tribunal d’Hussein Dey dans lequel se situe la compétence territoriale du tribunal criminel d’Alger.

Dans une prise de parole devant près d’une centaine d’avocats, dont des membres du conseil de l’ordre du barreau, Me Selini Abdelmadjid a annoncé hier que la DGSN est intervenue et a présenté des excuses aux confrères, ajoutant que pareilles pratiques sont inacceptables et que cela ne se reproduira plus.

Et d’ajouter : « D’ailleurs les trois agents et l’officier en faction au tribunal criminel d’Alger ont été mutés ». Le bâtonnier a également affirmé que « Le président et le procureur général de la cour d’Alger étaient ouverts au dialogue. Une réunion a regroupé tout de suite après toutes les parties concernées ».

Le bâtonnier, dans un point de presse, est revenu sur l’incident survenu jeudi dernier et qu’il a qualifié de « très grave ». Il a affirmé que « la DGSN a reconnu la faute des agents et de l’officier » et a présenté ses excuses ». Il a souligné : « Ce n’est pas aux policiers d’intimer l’ordre à l’avocat de porter sa robe car cela et du ressort du président de l’audience ».

Il a conclu que « si on n’a pas accepté d’être humiliés par les juges, je ne comprends pas comment on va accepter d’être frappés et injuriés par des policiers ! C’est impardonnable ». Me Selini a appelé ses auxiliaires à être honnêtes, sérieux , fidèles et respectueux des droits des citoyens.

Des parents et proches de Me Amara Mohsen se sont regroupés au seuil de la cour d’Alger et affiché leur mécontentement quant à la décision contre leur père ont lancé en direction du bâtonnier Selini qu’il a tout fait pour ignorer ce qui se passait autour de lui : « Vous devez avoir honte, Monsieur le bâtonnier ! Vous faites semblant de protéger vos auxiliaires pour un incident dont on est sûr qu’il n’a jamais eu lieu ! Vous avez toujours bafoué les lois de la République et les règlements déontologiques de la profession des avocats. Vous avez radié le nom de notre père de la profession car il a osé vous contrarier quant aux dépassements que vous commettez quotidiennement contre des avocats sans force ! ».

Ils ont affirmé : « Qu’on dépit de la décision rendue en faveur de notre père par le Conseil d’Etat, vous avez refusé de le réintégrer. Voyez ce que vous avez fait pour Me Kheltoum Neggar qui se clocharde au square Port Saïd, car elle a osé vous défier dans le litige qui vous opposait à une ancienne parquetière au début des années 2000 ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email