-- -- -- / -- -- --
Monde

Maroc: expulsion d’une délégation basque pro-saharouie

Maroc:  expulsion d’une délégation basque pro-saharouie

Les autorités d’occupation marocaines ont expulsé, jeudi, une délégation basque des droits de l’Homme de son lieu de résidence dans la région occupée de Dakhla vers la ville marocaine d’Agadir.

La délégation devait visiter les régions occupées du Sahara occidental pour s’enquérir de la situation des droits de l’Homme dans cette région occupée, a indiqué l’Agence de presse sahraouie (SPS).

Dans des déclarations à la presse suite à leur expulsion, des activistes basques de l’organisation ASCABINA ont déclaré que “les autorités marocaines nous ont fait savoir que nous sommes des persona non grata”, précise la même source.

La délégation avait l’intention de tenir plusieurs rencontres avec les militants et les défenseurs sahraouis des droits de l’homme portant sur les violations graves des droits de l’homme perpétrées par les autorités d’occupation marocaines contre les citoyens sahraouis.

Les membres de la délégation avaient visité la ville occupée de Boujdour, où ils s’étaient enquis des pratiques marocaines contre les civils sahraouis et de l’état de siège imposé sur le Sahara occidental occupé.

Depuis avril dernier, le Maroc a expulsé plus de 40 observateurs internationaux des territoires occupés du Sahara Occidental venus de plusieurs pays dont l’Espagne, la France, le Canada et la Norvège.
En mai dernier, une délégation de militants espagnols pro-sahraouis a été empêchée d’entrer à Laâyoune par la police marocaine. Les quatre membres de plusieurs associations espagnoles qui étaient arrivés à l’aéroport de Laâyoune en provenance des îles Canaries ont été bloqués puis expulsés dans le même avion.

Ces cinq activistes, parmi lesquels se trouvait José Taboada, considéré comme l’un des soutiens les plus actifs de l’autodetermination sahraouie, voulaient alors visiter les familles de plusieurs prisonniers politiques sahraouis et se réunir avec des personnalités sahraouies, dont Aminatou Haïdar, et des associations de droits de l’homme locales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email