-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mariage gay à Constantine : de lourdes peines prononcées

Mariage gay à Constantine : de lourdes peines prononcées

Le tribunal correctionnel d‘El-Khroub a condamné jeudi à trois années de prison ferme deux personnes accusées d’avoir organisé un rassemblement d’homosexuels à la ville nouvelle Ali Mendjli. Quarante-deux autres personnes, dont neuf femmes, ont écopé d’une année de réclusion.

Les faits se sont produits au mois de juillet et ont eu pour théâtre un appartement à la cité 2150 logements, à l’extension ouest de la ville nouvelle Ali Mendjli. C’est  sur plainte de voisins choqués par des va-et-vient de personnes étrangères à la cité, dont certaines avaient des comportements obscènes, et qui s’adonnaient à des préparatifs pour la tenue d’un mariage gay, que les éléments de la gendarmerie nationale ont pris d’assaut l’appartement siège du rassemblement. Les gendarmes confirmeront alors, au moment de leur intervention, les déclarations des voisins qui se sont depuis rassemblés autour d’une association, laquelle se constituera comme partie civile lors du procès. Un approvisionnement pour les préparatifs culinaires, des habits traditionnels pour les festivités seront découverts au domicile qui appartient à l’un des inculpés, dont la majorité est originaire d’Alger, Biskra, Et-Tarf et Annaba.

Pris en flagrant délit, les quarante-quatre personnes faisant partie d’un réseau national d’homosexuels ont été alors arrêtées pour rassemblement illégale et pratique contraire à la pudeur, deux d’entre eux seront incarcérées et les autres mis sous contrôle judiciaire, avant leur comparution le 27 août dernier. Le procureur avait alors requis des peines de trois ans à l’encontre des deux principaux inculpés et deux années pour les autres, dont les neuf femmes.

Cette affaire avait suscité l’indignation sur les réseaux sociaux et a été unanimement condamnée par les internautes de toutes les régions du pays, dont certains avaient souhaité que des peines beaucoup plus lourdes soient prononcées à l’encontre des auteurs des faits pour dissuader toute autres initiative similaire. « Ces faits sont étrangers à la société algérienne », avait noté la plupart des intervenants sur la toile.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email