-- -- -- / -- -- --
Nationale

Marches et rassemblements à répétition à Bejaïa

Marches et rassemblements à répétition à Bejaïa

La contestation à Bejaïa prend plusieurs formes accentuant le malaise dans la wilaya. Grèves coupures de routes, fermetures de sièges APC et sièges de daïra et ADE, rassemblements devant la DE et devant la wilaya. Il n’y a pas un jour qui passe sans que nous enregistrions deux ou trois actions de protestation.
Baisse des prix du transport, attribution de logements, prise en charge des revendications sociales et amélioration du cadre de vie, régularisations des situations financières et carrières des travailleurs et enseignants sont dans l’agenda journaliers des protestataires de tout bord. 
Ainsi, des habitants du village Hellil issus de la municipalité d’Oued Ghir ont coupé lundi matin, la RN 12 à hauteur du village Ibouarssen pour dénoncer la hausse du tarif du transport suburbain entrée en vigueur depuis quelques jours.
L’augmentation des prix a été décidée suite à un accord entre l’UGCAA et le ministère des transports. « Le prix du transport fixé à 20 DA auparavant entre le village et le chef-lieu de Béjaïa est passé à 25DA, soit une hausse de 25 %», se plaignent les contestataires qui relèvent le fait que l’on a procédé à la hausse du tarif du ticket de transport sans aucun préavis. Les mécontents ont interpellé les autorités afin de maintenir l’ancien prix et déplorent la cherté de la wilaya générée par les différentes augmentations.
La route a été rouverte moins de deux heures après. Pour leur part, des habitants du village Tivrahmine dans la commune de Fénaïa (Daïra d’El-Kseur) ont mené une action similaire.
Ils ont coupé, eux aussi, la RN 12 un peu plus loin, soit au niveau de Bouzoulem relevant pour les mêmes raisons.
Ils réclament le maintien de l’ancien tarif mais aussi le renforcement du transport entre le village et le chef-lieu. Les manifestants dénoncent le refus de « la direction des transports de délivrer de nouvelles autorisations d’exploitants de ligne à la place de celles suspendues après la cessation d’activités par certains transporteurs ».
Par conséquent, la fermeture des routes a paralysé le trafic routier sur cet important axe routier reliant la RN 26 et a provoqué la colère des usagers qui déplorent la récurrence de ces actions et « l’absence sur les lieux des autorités pour négocier avec les mécontents afin de libérer la voie. 

Notons aussi que le Syndicat Algérien des Paramédicaux (SAP) et le CNAPESTE poursuivent leurs mouvements grèves et dénoncent la non prise en charge des revendications des deux corporations et dénoncent également le non-respect des engagements pris après les réunions tenues avec des responsables des tutelles Ceci non sans provoquer aussi l’ire des patients, malades et aussi des parents d’élèves etc. Justement pour le cas de l’éducation nationale les parents d’élèves se sont rassemblés, dimanche devant le siège de la wilaya pour « exiger une intervention urgente des responsables locaux du secteur, afin de mettre fin à cette situation inextricable ».
Ils ont exprimé leur inquiétude au sujet de la perturbation de la scolarité de leurs progénitures, suite aux grèves répétitives qui frappent le secteur depuis le début de l’année scolaire.
« Si cela continue, on se dirige droit vers une année blanche », clame un parent d’élève. Notons que des dizaines de parents ont répondu à cet appel lancé par la fédération de wilaya des associations des parents d’élèves notons que la grève du CNAPEST amorce son huitième jour. 

Il faut noter le conflit pourraient se dénouer suite à une réunion qui s’est tenu hier entre les différents protagonistes avec la médiation du P/APW. Il faut rappeler également que la journée d’avant-hier a été marquée aussi par la fermeture de la route nationale N° 09, la fermeture des sièges de la daïra et l’APC par des citoyens de Souk El-Tenine, à l’est du chef-lieu de la wilaya.
Ces actions ont été menées par les habitants du quartier Tassabount qui réclament le raccordement de leurs habitations au réseau électrique. Les demandeurs de logements sociaux qui ont mis sous scellé le siège de la daïra durant trois jours, la semaine dernière, ont poursuivis aussi leur action de protestation. Ils réclament opiniâtrement l’attribution des 197 logements et la remise des clés. Ils dénoncent le retard accusé par l’administration locale pour la remise des clés. 
Durant la même journée, des habitants de Lotta une localité distance de quelques kilomètres du chef-lieu de la commune se sont insurgés eux aussi mais contre la hausse subite des prix du transport en procédant à la fermeture de l’ex-RN9. Selon les contestataires, l’augmentation des tarifs de 5 DA est « excessive » et elle se répercutera sans nul doute, négativement, sur les petites bourses.
Des villageois de Souk El-Djemaa dans la commune de Toudja ont procédé, de leur côté, à la fermeture du siège de l’APC pour réclamer des bus pour le ramassage scolaire, le revêtement des accès du village dénoncer l’insalubrité sur la CW 43 et la RN24, le gaz de ville, l’électrification de certains foyers et l’équipement de la salle de soin du village. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email