-- -- -- / -- -- --
Nationale

Marches des avocats à Tizi Ouzou et Béjaïa

Marches des avocats à Tizi Ouzou et Béjaïa

Les avocats des barreaux de Tizi Ouzou et de Béjaïa ont manifesté jeudi pour annoncer leur refus de participer à l’encadrement du scrutin présidentiel du 12 décembre prochain et ont appelé à l’indépendance de la justice.

Dans la capitale du Djurdjura, près d’un millier d’avocats ont marché à l’appel de l’ordre local des avocats pour dénoncer l’Union nationale des barreaux qui a accepté de désigner des membres dans l’Instance indépendante d’organisation des élections.

Aux cris de « Ulach l’vote Ulach », les avocats ont marché dans les rues de Tizi Ouzou, scandant également « Libérez la justice ». Une grande banderole portait également cet appel : « Non à la Fitna, l’Algérie une et indivisible ».

Tôt le matin, les avocats se sont rassemblés et ont entamé leur marche, passant par plusieurs artères de la ville en direction du palais de la Justice.

A 11h30, le cortège des robes noires est arrivé et s’est installé sur le parvis du palais de la Justice, les manifestants ont alors commencé à entonner des slogans contre la tenue de la prochaine présidentielle, avant de se voir refuser l’accès à l’intérieur du palais de la Justice.

La marche a débuté à 10 h de la cour de justice pour se diriger vers le tribunal du centre-ville, après avoir sillonné plusieurs artères de la ville. « Vous avez le tribunal d’Alger et nous avons le tribunal de l’Histoire », lit-on sur une banderole déployée au-devant de la marche.

Tout au long de la marche, les robes noires ont scandé les mêmes slogans qu’on entend chaque vendredi et mardi dans les rues. « Ulach lvot Ulach », « Makache intikhabate ya îssabate », « Daoula madania machi aaskaria », « Barakat barakat min khitab thakanat », « Libérez les otages ».

Presque les mêmes slogans ont été entendus à Béjaïa, où les avocats ont été également nombreux à répondre à l’appel du barreau local. Ils ont notamment réitéré leur refus de voir leur corporation représentée dans l’Instance électorale indépendante ainsi que leur rejet de la présidentielle.

Le bâtonnier d’Alger Abdelmadjid Sellini avait indiqué au quotidien El Khabar dans son édition de mercredi que la question n’était pas à l’ordre du barreau d’Alger, assurant qu’il n’avait pas été informé de la décision prise par les avocats des autres wilayas de boycotter l’autorité électorale et la présidentielle.

« Une telle décision politique ne peut être prise que par l’Assemblée générale de l’Union nationale des avocats », avait-il expliqué.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email