-- -- -- / -- -- --
Nationale

Marche des travailleurs contre «la politique libérale et l’austérité» à Béjaïa

Marche des travailleurs contre «la politique libérale et l’austérité» à Béjaïa

C’est sous la pluie que des centaines de personnes ont manifesté ce mercredi à Béjaïa, à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs. La procession a pris le départ depuis la maison de la Culture jusqu’à la place Saïd-Mekbel, en réponse à l’appel du parti Socialiste des travailleurs (PST) de Béjaïa et du comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa, pour « défendre les acquis sociaux et démocratiques et constituer un front démocratique anti-libéral et anti-impérialiste, pour l’unité et la solidarité, pour la sauvegarde des acquis sociaux et la défense des droits des travailleurs, des libertés syndicales et du droit à la grève ». La manifestation a été marquée par la participation de plusieurs syndicats (SNAPAP, CLA, CNES…) de différents secteurs d’activité, de militants politiques, de militants des droits de l’homme, de travailleurs, d’étudiants, d’animateurs associatifs etc.

La procession a mis en avant comme revendication « l’arrêt immédiat de la politique qui paupérise la majorité des travailleurs, le respect des conventions collectives des travailleurs, le respect du droit de grève et de l’exercice syndical, le droit de manifestation et d‘organisation, l’augmentation des salaires des travailleurs, la permanisation des travailleurs et la fin du travail précaire et enfin l’augmentation des salaires et de la pension de retraite ». Dans une déclaration rendue publique, le comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa estime que « le droit social dont jouissent les travailleurs dans chaque pays et le fruit des sacrifices des travailleurs au détriment de leur vie ainsi que l’arsenal législatif qui constitue la reconnaissance juridique de la valeur du travail matérialisé dans le code du travail, les conventions collectives, la protection sociale, le statut de la fonction publique, est aujourd’hui remis en cause par la politique libérale qui prône le démantèlement des barrières qui protègent les droits sociaux-économiques des travailleurs afin d’obéir à une puissance économique créée par le marché mondial qui fixe comme objectif de disposer d’une main-d’œuvre moins chère et concurrentielle sur le marché planétaire ». Pour le comité, « l’avant-projet du code du travail qui se profile à l’horizon en Algérie s’inscrit dans cette perspective, ce qui fragilise davantage le travail et consacre la généralisation de la précarité, où le droit au travail serait remplacé par le droit à l’emploi précaire, etc. ». Pour ce comité, cette participation vise à dénoncer « la politique économique appliquée par les oligarques, accompagnée par le pouvoir ». Le PST estime, pour sa part, que « le pouvoir d’achat des travailleurs et des retraités est attaqué de toutes parts et les salaires qui représentaient 40 % du PIB dans les années 1980 ne représentent plus que 27 % du PIB en 2018 ». « Les lois de finances se succèdent et apportent leur lot d’augmentations des prix des produits de large consommation. Le désengagement de l’Etat en matière de santé publique se fait sentir ». Pour ce parti, « les pouvoirs publics préparent un nouveau code du travail plus répressif, qui rend plus flexible l’emploi et remet en cause le droit de grève ».

Le PST juge ensuite, impératif de « se doter d’un cadre de résistance qui regroupera tous les acteurs sociaux et politiques qui s’inscrivent contre l’offensive libérale menée par le gouvernement, qui est de nature oligarchique et qui réserve l’austérité pour les masses populaires et des cadeaux pour les patrons ». Notons que des cérémonies ont été organisées par plusieurs organismes en faveur des travailleurs et retraités, notamment l’APC de Kherrata, l’EPH d’Akbou, l’entreprise des corps gras COGB-la Belle, etc. Pour rappel Algérie-Poste a réédité encore cette année, la marche des facteurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email