-- -- -- / -- -- --
Nationale

Manifestations populaires à Béjaïa dénonçant le laisser-aller des autorités locales

Manifestations populaires à Béjaïa dénonçant le laisser-aller des autorités locales

Plusieurs actions et manifestations de protestation ont marqué la semaine dernière à Béjaïa.

D’abord, les habitants du quartier Tala Sadi de Guendouz, dans la commune d’Aït R’zine, ont exprimé leur colère à la fin de la semaine écoulée en fermant le siège de l’APC. Les protestataires exigeaient des autorités locales la satisfaction de leurs revendications et surtout la concrétisation des engagements pris antérieurement devant les habitants, notamment l’aménagement des rues du quartier.

Ils rappellent avoir, régulièrement, saisi l’APC à ce sujet mais en vain. « Nous n’avons pas cessé de nous déplacer à l’APC et de saisir les responsables chaque semaine au sujet du retard accusé pour l’aménagement de la route et le manque de sérieux de l’entreprise engagée sur les lieux », déclarait un des manifestants, relevant au passage « la mauvaise qualité des travaux effectués, notamment la pose de tout-venant roulé au lieu de gravier ». Les manifestants ont, par ailleurs, regretté que les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région aient dégradé les trottoirs et surtout les travaux effectués sur la route ; des travaux jugés « mal faits ». Pour leur part, les habitants du quartier Razkellah, commune de Béjaïa, ont réclamé l’intervention des autorités en vue de prendre en charge leurs doléances relatives à l’électrification, l’alimentation et l’aménagement des pistes.

Ils réclament également « une autorisation pour le branchement du gaz de ville ». Pour leur part, les habitants de la Cité Soummari, dans la commune de Béjaïa, continuent de se plaindre de la détérioration du réseau routier, de l’absence d’éclairage public et de réseau d’assainissement. Ils continuent à manifester leur colère contre les conditions de vie dans lesquelles ils évoluent, cela en fermant la route depuis quatre jours. Les travailleurs de l’Entreprise portuaire de Béjaïa continuent, pour leur part, de protester contre la décision de révocation du président-directeur général, Redha Benmihidi, prise il y a un peu plus d’une semaine. Une décision qualifiée par les grévistes d’arbitraire. Il est reproché à ce dernier une mauvaise gestion et bien d’autres griefs. Il convient de rappeler qu’un rassemblement de protestation a été organisé ces derniers jours par plusieurs

associations de la commune de Béjaïa devant le siège de l’APC pour « dénoncer la mauvaise gestion de la commune ». Les représentants des associations de quartiers et de villages de la commune de Béjaïa dénoncent aussi « le retard accusé dans le train du développement de la commune ». Les protestataires ont exigé une commission d’enquête pour éclaircir les causes des lenteurs enregistrées dans le lancement et l’achèvement des différentes opérations liées à la vie quotidienne du citoyen. Pour leur part, les habitants du quartier Piton se sont rassemblés aussi ces derniers jours et pour une énième fois devant le siège de la daïra d’Akbou pour « dénoncer le retard dans la distribution des logements sociaux d’Azaghar » et rappeler aux autorités les promesses faites depuis le mois de janvier passé.

A Kherrata, la population locale, en majorité des jeunes, a organisé hier une marche dans les rues de la ville.

Les habitants ont scandé des slogans et brandi des pancartes en faveur des détenus d’opinion et contre l’organisation de l’élection présidentielle dans les conditions actuelles, selon des photos publiées par la page « Bejaia Sois L’Observateur ».

Samedi dernier, les habitants de Kherrata avaient organisé une marche populaire avec les mêmes revendications.

Rassemblement des souscripteurs AADL

Par ailleurs, des dizaines de souscripteurs aux logements AADL (II) 2013 ont observé hier un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya. Les protestataires, qui n’en sont pas à leur premier sit-in, ont voulu à travers cette action interpeller les autorités de wilaya afin d’intervenir et peser de leur poids en vue d’accélérer la cadence de la réalisation des unités de logements qui devraient être implantés au niveau du nouveau pôle urbain d’Ighzer Ouzarif, dans la commune d’Oued-Ghir. Les protestataires réclament « l’ouverture du site Internet de l’AADL pour permettre aux souscripteurs de payer la deuxième tranche pour l’acquisition de leurs logements et permettre aussi au reste des souscripteurs d’accomplir leurs formalités, donner suite aux 190 recours introduits auprès de l’entreprise, lancer le reste du programme 2019, lancer les VRD du site AADL II afin d’accélérer la livraison des logements et la remise des clés aux bénéficiaires ».

Les souscripteurs de l’AADL 2 ont également demandé hier « la désignation d‘un bureau d’étude pour le contrôle des entreprises engagées dans la réalisation de ces programmes AADL, stopper la nouvelle décharge créée récemment sur le pôle des 3 200 logements à Oued-Ghir dont l’entreprise ATLAS est chargée ». Les mécontents ont exprimé leur ire par rapport au retard dans la réalisation des programmes inscrits et le lancement des VRD, relevant la longue attente de certains souscripteurs et leur calvaire, une attente qui dure depuis de très longues années, souligne-t-on.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email