-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mali : Deux diplomates libres après 878 jours de captivité

Mali : Deux diplomates libres après 878 jours de captivité

L’annonce a été faite hier dans un communiqué du ministère des Affaires etrangères. Les deux derniers diplomates algériens, Mourad Guessas et Keddour Miloudi, ont été relâchés par leurs ravisseurs du Mouvement de l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Le communiqué du MAE a indiqué que cette libération intervient après celle des trois otages quelques jours après leur enlèvement (en mai 2012). Par ailleurs, le communiqué a annoncé que le consul d’Algérie à Gao, Boualem Sias, qui fait partie des diplomates enlevés, est décédé des suites d’une maladie chronique.

Il ajoute que cette triste nouvelle est basée sur des informations concordantes obtenues par le gouvernement algérien. La même source confirme, en outre, l’assassinat odieux du diplomate Tahar Touati, également enlevé par le même groupe terroriste. Avec la libération des deux otages algériens, cette affaire prend une issue heureuse, malgré la triste annonce de la mort du consul Boualem Sias.

Par ailleurs, la libération des derniers otages algériens détenus au nord du Mali par les factions terroristes vient après des négociations marathoniennes menées par les autorités algériennes. A noter qu’il y a quelques mois de cela, le ministre des AE Ramtane Lamamra avait indiqué que la libération des diplomates algériens est une question de temps.

Cette déclaration remonte au début de l’année en cours. En parallèle, les ravisseurs du Mujao avaient, à leur tour, posé des conditions pour la libération des otages algériens. Parmi ces conditions, le paiement d’une rançon par l’Etat algérien. Face à cette exigence, les autorités algériennes avaient catégoriquement refusé la pression des terroristes, d’autant plus que l’Algérie, avait rappelé que Ramtane Lamamra, ne se pliera jamais aux exigences des groupes terroristes.

Pour faire davantage pression sur l’Etat algérien, le Mujao avait diffusé, en janvier dernier, une vidéo sur les réseaux propres aux salafistes radicaux, dans laquelle les trois otages algériens, parmi eux le consul, ces derniers suppliaient l’Etat algérien d’intervenir rapidement pour arriver à leur libération. Sur cette vidéo d’une trentaine de minutes, Boualem Sias était en vie. Auparavant, les terroristes du Mujao avaient diffusé plusieurs vidéos montrant les images des otages algériens devant des terroristes fortement armés.

En tout, une dizaine de vidéos ont été diffusées sur la Toile dans lesquelles les diplomates algériens paraissaient très fatigués suite aux conditions de leur détention dans le ghetto malien. Au départ, les otages algériens étaient au nombre de sept avant que trois diplomates ne soient relâchés par les sbires de Mokhtar Belmokhtar et d’Abou Gaâgaâ, respectivement chefs des deux factions d’El Moulathamoune et du Mujao.

Kedour Miloudi et Mourad Guessas pendant leur detention

Après la libération des trois otages algériens, l’autre diplomate, en l’occurrence Tahar Touati, a été égorgé par ses ravisseurs. Selon les terroristes, l’égorgement du diplomate algérien a été décidé suite au refus de l’Etat algérien de payer une rançon et de relâcher des islamistes qui sont détenus dans les prisons algériennes.

Pour le Mujao, l’Etat algérien a démontré qu’il ne coopérait pas pour arriver à une issue heureuse pour ses compatriotes. Les mois d’après, trois otages algériens qui restaient entre les mains du Mujao vont être soumis à des transferts successifs, d’un endroit à un autre, car les ravisseurs avaient peur des représailles des troupes françaises suite à l’intervention militaire étrangère au Mali (en janvier 2013).

En même moment, l’Etat algérien avait fourni beaucoup d’efforts pour libérer les trois derniers otages algériens. Sur le plan politique, l’Algérie a engagé plusieurs rounds de négociations avec les terroristes du Mujao via des intermédiaires issus des tribus maliennes, nigériennes et mauritaniennes. Des négociations dures, selon plusieurs sources sécuritaires. Sur un autre plan, les autorités algériennes se sont engagées, aussi, sur le travail des renseignements, afin de tenter de localiser le lieu où sont cachés les diplomates.

Mourad Guessas et Kedour Miloudi après leur libération

Par ailleurs, les visites effectuées par Ramtane Lamamra, notamment au Burkina Faso, Paris et Bamako, ont tourné autour de l’affaire des otages algériens, où le représentant de la diplomatie algérienne avait entrepris des discussions avec les présidents des pays cités qui butaient sur une éventuelle libération des diplomates algériens. Chose qui s’est concrétisée hier avec l’heureuse nouvelle, non seulement pour les familles des otages, mais également pour l’ensemble des Algériens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email