Mali – Congo, Nigeria-Burkina Faso : Sous le signe du talent – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Mali – Congo, Nigeria-Burkina Faso : Sous le signe du talent

Mali – Congo, Nigeria-Burkina Faso : Sous le signe du talent

Place à l’Acte deux des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations U17, avec, au programme les quatre autres meilleures sélections du continent qui se sont qualifiées à l’issue d’une phase de poules conclues différemment et qui vont s’affronter pour le précieux billet menant au carré d’as avec, au menu, d’alléchantes affiches. 

Des rencontres à élimination directe offrant plus de spectacle et, par certains côtés et c’est légitime, plus de calculs, avec des parties autrement plus disputées, l’enjeu prenant le pas sur le jeu. Un enjeu lourd puisqu’aux enchères, figurent des quitus pour les demi-finales, avant dernier baroud avant la finale du 19 Mai qu’abritera le nouveau joyau du football algérien, le stade Nelson Mandela de Baraki avec, espère le public national, la présence, pourquoi pas, de nos Verts qui, une fois le cap marocain franchi (le match, disputé à Constantine, se jouait ce mercredi en soirée), auront l’opportunité de rêver de cette couronne qui irait bien à leurs têtes pleines de rêves avant d’aller, en fin d’année en cours (novembre- décembre prochains) se frotter à l’élite mondiale.

Des têtes rêvant, comme la majorité des artistes présents en Algérie à l’occasion de ce tournoi qui est déjà une totale réussite sur le plan organisationnel, qui rêvent de taper dans l’œil des nombreux recruteurs présents tant à Alger, Annaba qu’à Constantine et à l’affût des futures stars appelées à animer, comme à l’habitude, bon an mal an, les grands championnats d’Europe et d’ailleurs.   

   Mali – Congo : Avantage . . . « Aiglons » maliens ?  

Versé dans un groupe « C » réduit à trois sélections seulement après le renvoi du Soudan pour un problème d’âge légal concernant trois éléments de la composante, le Mali aura, c’est sûr et en plus de la grande richesse de son effectif, un petit avantage sur le plan physique en ne disputant suite la douloureuse décision prise par la CAF à l’endroit des petits Soudanais du Sud repartis d’Algérie en pleurs, au moment où son adversaire du jour, le Congo, a dû fournir plus d’efforts pour sortir d’une poule où figuraient, outre l’Algérie ( pays hôte ) et le Sénégal qui a tôt fait de dérouler en s’imposant en super favori à la victoire finale.

Avec deux succès en deux sorties, respectivement contre le Burkina Faso (1-0) et le Cameroun, champion sortant et qui a fait le déplacement d’Alger avec la ferme intention de défendre son titre mais a vite déchanté en quittant la compétition dès la fin de la phase de groupes, les Aiglonnets ont montré  bien des qualités en affichant leur intentions de rééditer leurs fameux coups des éditions 2015 et 2017 où ils ont dominé de la tête et des pieds le tournoi de la catégorie, en plus d’aller créer la sensation au même Mondial 2015 (finaliste malheureux) en terminant sur la 2e marche du podium avant, quatre ans plus tard, d’échouer au pied du podium (4e) .

Un joli palmarès dont ne peut se prévaloir cette formation congolaise au parcours (une défaite, deux nuls et une victoire pour une qualification tirée par les cheveux, 2e meilleur 3e avec 2 points seulement) diamétralement opposé, les Congolais entreront sur le terrain dans la peau d’un « miraculé » mais loin de la pression des favoris. Une position en mesure de leur permettre de titiller leurs augustes adversaires en jouant leur va-tout et tenter, pourquoi pas, le diable avec le plus gros exploit de cette édition. Plus que possible, n’est-ce pas !       

 Nigeria-Burkina Faso : Sans problèmes, les “Golden Eagles” ? :

Encore une affiche où les débats paraissent à priori déséquilibrés, les Golden Eagles du Nigeria, qui ont entamé le tournoi tambour battant (petite mais précieuse victoire 1-0, contre la Zambie) et une fois le revers surprise (concédé face au Maroc, 1-0) digéré, se sont repris en l’emportant lors d’un duel face à des Sud-Africains en voulant terriblement pour éviter l’élimination mais qui terminent, heureusement pour eux, parmi les deux meilleurs troisièmes à l’arrivée, au cours d’une partie riche en buts et en rebondissements (score final 3-2).

En appel devant une bonne équipe du Burkina Faso talentueuse et joueuse, les anciens multiples champions d’Afrique et trois fois champions du monde, dont une finale 100% africaine acquise contre le Mali en 2015, qui sont précédés d’une réputation acquise à la force du talent, ont certes été surpris par le Maroc et terminent en 2e position, ont largement les moyens de passer le cap et se poser en candidats sérieux à la succession du Cameroun même si cette confrontation qui les attend face au Burkina Faso ne sera pas, loin s’en faut, une simple balade.

En effet, les jeunes Etalons, auteurs d’une belle remontée lors de leur victoire face au Cameroun justement, ont démontré toutes leurs forces mentales en renversant la vapeur dans le dernier quart-d ’heure (76e mn) grâce à la patte de cette star montante à suivre, Souleymane Alio, à peine 16 bougies, qui sauvera avec un doublé en trois minutes son équipe alors que la situation semblait compromise. Un match avec des préjugés favorables pour le Nigeria mais une surprise est à prévoir tant les formations encore en lice partent à chances relativement égales.        

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email