-- -- -- / -- -- --
Nationale

Maksym Sobh, ambassadeur d’Ukraine: Davantage de bourses pour les Algériens

Maksym Sobh, ambassadeur d’Ukraine: Davantage de bourses pour les Algériens

Le gouvernement ukrainien envisage d’augmenter le nombre de bourses accordées aux Algériens souhaitant étudier dans les universités ukrainiennes. C’est ce qu’a fait savoir ce, lundi, Maksym Sobh, l’ambassadeur d’Ukraine, dans une conférence de presse au siège de son ambassade à Alger. 
« Nous envisageons d’augmenter le nombre de bourses accordées aux étudiants algériens » a déclaré Sobh. 
Les autorités ukrainiennes ont facilité l’octroi des bourses d’études aux Algériens désirant faire des études en Ukraine.
« En raison de l’engouement des jeunes Algériens pour les universités ukrainiennes. Le gouvernement a tenté de faciliter le processus d’octroi en supprimant le monopole des intermédiaires dans ce domaine » a déclaré l’ambassadeur.

Les universités ukrainiennes attirent de plus en plus d’Algériens. « 700 bourses d’études ont été accordées aux étudiants algériens en 2019 » a expliqué M. Sobh, ajoutant que « 75% des visas accordés par ses services sont pour les étudiants ».
Le choix des étudiants algériens pour ce pays s’explique par la qualité de l’enseignement et aussi par la gratuité des inscriptions préliminaires.

Plus de bourses pour les étudiants algériens (Ph : Ryad Abada)

De plus, les autorités ukrainienne ont mis en place un site officiel contenant toutes les informations concernant les bourses ; « www.studyinukraine.org pour toutes les demandes d’inscriptions et de bourse », a précisé l’ambassadeur.
Abordant le chapitre des visas touristiques, le diplomate ukrainien a indiqué que les procédures d’obtention du visa Schengen sont similaires à celles prévues pour l’octroi des visas pour l’Ukraine. « On applique la procédure européenne concernant le délai de traitement des demandes de visa et le dossier à fournir » a ajouté le diplomate ukrainien arabophone dont le pére est d’origine syrienne. L’Ukraine membre de l’Otan, ne fait pas partie de l’Union européenne.
Dans le dossier des échanges commerciaux avec l’Algérie, l’ambassadeur a signalé que « les exportations ukrainiennes vers l’Algérie ont été estimées à 614 millions de dollars en 2019, soit une augmentation de 49,6% ». 
Interrogé sur la situation en Algérie, le diplomate s’est félicité des relations que son pays entretient avec un vieil allié .
« L’Algérie n’est pas seulement un partenaire politique et économique mais aussi un pays ami », ajoutant que « le hirak est un nouveau tournant dans l’histoire du pays » et que « c’est aux Algériens, et à eux seuls de décider du présent et du futur de leur pays ».
L’ambassadeur Sobh a salué le caractère pacifique du hirak populaire algérien ; « le caractère pacifique du hirak témoigne de la grande maturité des Algériens, et l’Algérie saura dépasser cette conjoncture ».

L’annexion de la Crimée
Evoquant la situation dans les Balkans, M. Sobh a rappelé qu’il y a six ans, l’annexion de la Crimée par la Russie a été dénoncée de manière quasi unanime de par le monde. « Depuis, cette position n’a pas changé », a-t-il dit.
Qualifiée comme « annexion » par Kiev et l’Occident, cette décision a valu à la Russie une série de lourdes sanctions européennes et américaines, qui ont durement frappé l’économie russe.
Vendredi dernier, les Etats-Unis, en accord avec l’Union européenne, l’Australie et le Canada, ont d’ailleurs infligé de nouvelles sanctions à des responsables russes pour ce que Washington qualifie de « poursuite de leur agression en Ukraine ». Moscou considère que l’annexion traduit la volonté de la majorité de la population russophone de la Crimée qui a voulu se mettre sous la bannière de la patrie ancestrale.
Maksym Sobh a condamné fermement l’annexion de la Crimée par la Russie : « Moscou a perpétré une violation flagrante du droit international. Personne ne doute que du point de vue légal la Crimée fait partie de l’Ukraine » a-t-il affirmé, ajoutant que « le Kremlin a opéré un hold-up sur la Crimée en faisant fi du droit international, de la logique historique et de la justice ».
Sur le plan international, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays s’opposent à la Russie, « l’accusant de violer le droit international et la souveraineté de l’Ukraine, plus précisément, l’Assemblée générale de l’ONU », a précisé le diplomate, ajoutant que l’AG de l’ONU « a adopté, le 27 mars 2014, une résolution non contraignante qui dénonce le référendum en Crimée et le rattachement de cette péninsule à la Russie, et qui a appelé au dialogue et au respect de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine », indiqué-t-il.
Concernant les musulmans de Crimée, M. Sobh a affirmé que « l’occupation russe en 2014 fut pour les Tatars de Crimée une véritable catastrophe nationale ».


Maxym Sobh, une anexion illégitime (Ph : Ryad Abada)

Environ 25 000 Tatars ont été forcés de quitter la Crimée et d’émigrer en Ukraine continentale, selon l’ambassadeur.
« Le Kremlin a interdit le Mejlis, le Parlement national des Tatars de Crimée. L’enseignement, les associations culturelles et religieuses font l’objet de harcèlement ; des dizaines de patriotes sont jetés en prison sur de fausses accusations », a souligné l’ambassadeur, qui a ajouté que « les violations des droits de l’homme et des droits nationaux perpétrées par Moscou sur la péninsule ont été maintes fois condamnées par les Nations unies et d’autres organisations internationales ».
Il convient de signaler que la Russie est le principal fournisseur de l’Ukraine en gaz naturel.
Les relations entre Moscou et Kiev se sont exacerbées depuis la montée au pouvoir en 2014 du président pro-occidental Petro Porencheko qui a remis en cause tous les accords conclus entre les deux pays par son prédécesseur Viktor Ianoukouvytch.
Des pourparlers entre les deux capitales ont été entamés récemment dans ce qui a été baptisé l’accord de Normandie. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email