-- -- -- / -- -- --
Nationale

Makri : « Notre initiative n’a pas abouti pour des raisons de leadership »

Makri  :  « Notre initiative n’a pas abouti pour des raisons de leadership »

S’exprimant devant une salle acquise à l’occasion d’un meeting populaire organisé ce samedi à la maison de la Culture Hassan-El-Hassani de Médéa, Abderrezak Makri na pas été tendre avec le pouvoir qui, dira-t-il, est responsable de tous les échecs du pays.
Dans son meeting, qui entre dans le cadre des activités ordinaire de son parti, le président du MSP dira que cette rencontre avec les masses à partir de Médéa est « un signe annonciateur de notre destination vers El Mouradia ».
Il précisera que pour cela, les Algériens doivent se mobilisent le jour du scrutin contre la fraude qui, comme chacun sait, a continué depuis le temps de la candidature de feu Mahfoud Nahnah, lorsque les voix ont été détournées par la force. 
Et au leader du parti de poser la question aux détenteurs de la décision sur leur gestion depuis plus d’une vingtaine d’années, pervertissant les règles du jeu par la force et la peur pour garder le pouvoir sans faire évoluer le pays vers le développement.
A l’endroit du pouvoir : « Vous avez tout détruit, dilapidé les ressources du pays sans rien laisser aux générations futures, dépensé 1 000 milliards de dollars pour permettre l’enrichissement d’une catégorie d’hommes d’affaires. »
Pour corroborer ses propos, il fera appel aux rapports publiés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international et les différents autres organismes internationaux et nationaux sur la gabegie ayant caractérisé la gestion des réserves de change qui ne cessent de fondre depuis 2014. « En 2021, il n’y aura plus dans les caisses qu’environ 30 milliards de réserves de change alors que l’économie a besoin de 25milliards de dollars par an ».
« Pire, en 2025, il n’y aura pas beaucoup de pétrole à exporter, mettant le pays dans une trajectoire menant au scénario que le Venezuela est entrain de traverser en ce moment. Si les Vénézuéliens ont pu aller vers les pays voisins, nous autres, on n’a que des voisins plus pauvres que nous, par la faute d’un système qui ne sait agir que par la fraude. »
Pour le leader du MSP, les perspectives sont sombres « au cas où tous, nous ne mettons pas la main dans la main pour faire sortir le pays du risque de sombrer. C’est au prix du consensus que nous pourrons mettre les conditions de création de la richesse et des emplois via de petites entreprises et non pas de grandes entreprises qui ne profitent qu’à une catégorie de citoyens ».
Il prédira que l’élection d’avril 2019 ne permettra pas d’espérer si le personnel politique qui occupe les différentes instances actuelles reste toujours en place.
« Notre initiative pour un consensus n’a pas recueilli l’adhésion des autres formations politiques pour des raisons de leadership. Mais, nous les avons avertie sur la maladie du président de la République et son incapacité à se porter candidat et que son ère est bien révolue ».
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email