-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mahyaoui au JI: Ne pas baisser la garde face au Covid-19

Mahyaoui au JI: Ne pas baisser la garde face au Covid-19

La prise de conscience chez le citoyen reste la chose la plus fondamentale pour enrayer le Covid-19, à travers le strict respect des mesures barrières de protection lors de ses déplacements qui sont parfois inévitables pendant le mois de Ramadhan.
C’est ce qu’a affirmé ce lundi au Jeune Indépendant le professeur Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19, indiquant que cette conscience permettra de consolider la maitrise de la situation qui s’améliore de jour en jour. 
« La situation est globalement maitrisable au vu des chiffres enregistrés ces derniers jours, mais le prise de conscience chez le citoyen est un élément fondamental pour qu’on puisse endiguer le coronavirus », a-t-il dit.
Sur la décision de l’autorisation de certaines activités commerciales de reprendre durant le mois de Ramadhan, le professeur a tenu à préciser que le Gouvernement s’est adossé pour ce faire aux évaluations des experts et membres du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19. 
Pour le professeur, le mois de ramadhan intervient cette année dans un contexte sanitaire « très particulier » et que notre pays a des traditions et mœurs spéciales pendant ce mois. Cette« spécificité », est le motif justifiant, de son avis, la décision de la réouverture des commerces concernés par cette décision.
Tout en réitérant la volonté du staff médical à consentir sans relâche ses efforts dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 dans toutes les circonstances, le membre du Comité scientifique a cependant appelé les gens à plus de vigilance et signale que le virus mortel est encore là et n’a pas été éradiqué de façon définitive. « Nous insistons sur le respect strict des mesures barrières. Nous ne sommes pas sortis de l’auberge, le virus sévit encore et fait quotidiennement des morts », met-il en garde. Pour le chef de service de réanimation au CNMS, tout relâchement est intolérable chez le citoyen censé, rappelle-t-il, prendre toutes les précautions d’usages.
Pr Mahyaoui recommande à ce propos le port de la bavette que ce soit par les commerçants lors de l’exercice de leur activité commerciale, ou par les citoyens qui sont obligés de sortir pour des besoins impérieux durant le mois de carême .
Dans ce sillage, il a affirmé que depuis le début de la propagation du coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne recommandait , certes le port de la bavette qu’aux seules personnes infectées par le Covid-19, et par le personnel médical et soignant dans les structures hospitalières, mais aujourd’hui elle le souligne pour toutes les personnes qui se trouvent dans les endroits publics ». 
De même, le spécialiste a mis l’accent sur le respect des mesures de prévention tels que la distanciation sociale qui est d’au moins un mètre entre deux personnes et éviter tout contact corporel et avec les surfaces dans les espaces publics, non sans insister sur le lavage fréquent de main. 
Toujours dans le cadre des consignes, Pr Mahyaooui appelle les familles à ne pas laisser les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes âgées sortir et s’exposer au risque de la contamination, étant des sujets vulnérables et figurent parmi les catégories les plus touchées par l’épidémie.
La décision de la réouverture des commerces rentre , de l’avis des observateurs, dans le cadre de la relance progressive du cycle économique que le Gouvernement avait annoncée il y a quelques jours, eu égard au poids insoutenable des pertes financières et économiques qu’a engendrées la propagation du Covid-19. Cela d’autant que le mois de ramadhan constitue un moment propice pour nombre de commerçants en vue de revivifier leurs petites activités. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email