-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mafia et corruption au complexe d’El-Hadjar

Mafia et corruption au complexe d’El-Hadjar

La grève enclenchée à la société ArcelorMittal Pipes et Tubes Algérie (AMPTA), ex-Tuberie sans soudure (TSS) prend des allures inédites où l’affairisme, la manipulation, la corruption sont enregistrés de jour en jour.

Depuis jeudi dernier, Lotfi Ferrah, secrétaire général du syndicat d’entreprise d’AMPTA, est en grève de la faim avec neuf autres travailleurs retranchés dans les unités de production de leur société.

Les grévistes sont appuyés par la présence de 40 travailleurs juste pour soutenir leurs camarades et aussi pour empêcher toute expédition de tubes à destination de Sonatrach avant la satisfaction de leurs revendications socioprofessionnelles.

Pourrissement, oui. Jeudi dernier à 21 heures, la direction générale d’ArcelorMittal Algérie a dépêché des électriciens pour couper l’électricité dans les lieux où sont retranchés les grévistes, et c’est dans le noir total que les travailleurs en protestation d’AMPTA ont passé la nuit.

Contacté, Lotfi Ferrah nous explique : « C’est inhumain, d’habitude cette partie névralgique où nous menons notre protestation légale est éclairée 24H/24H par mesure de sécurité (…) Ils ont coupé l’électricité pour nous réduire à de simples rats nocturnes, mais ArcelorMittal se trompe sur notre détermination d’aller jusqu’au bout ».

Le syndicaliste, élu légalement par les travailleurs nous révélera que « mercredi dernier Saad Jakani, ex-directeur général d’AMPTA et marocain d’origine, m’avait contacté à l’intérieur du complexe sidérurgique d’El-Hadjar pour me faire deux propositions, soit des postes d’emploi bien rémunérés hors AMPTA pour moi et le président du comité de participation, à condition de surseoir à la grève, soit la dissolution du syndicat et la signature d’une trêve sans délais et là tous les travailleurs congédiés ou licenciés peuvent être réintégrés » . 

Refus total du syndicaliste qui posera une question à Saad Jakani sur sa présence au complexe sidérurgique d’El-Hadjar : « Je suis mandaté par ArcelorMittal group », lui a-t-il répondu.

Il faut signaler que pour la première fois, la centrale syndicale UGTA commence à réagir devant le conflit d’AMPTA, devenu une menace pour le développement futur du complexe sidérurgique.

Dans une correspondance, arrivée tardivement, l’union de wilaya UGTA d’Annaba condamne le « licenciement des deux syndicalistes parce que contraire à la réglementation en vigueur », avant d’enfoncer la direction d’AMPTA : « Vous leur reprochez des actes en relation avec leurs activités syndicales, et ce que vous devez savoir est qu’ils sont comptables devant leur hiérarchie syndicale, seule habilitée à prendre des mesures disciplinaires à leur encontre ».

Une question se pose : pourquoi la Centrale syndicale n’avait-elle pas réagi durant cinq mois à la grève des travailleurs de l’ex-TSS ? Des réponses indiscrètes provenant du RND signalent que « c’est Ahmed Ouyahia, cherchant la stabilité du complexe sidérurgique d’El-Hadjar « , qui aurait contacté Abdelmadjid Sidi Saïd pour ramener le calme dans l’ex-fleuron de l’industrie algérienne.

Pour rappel, lors de sa dernière conférence de presse, le patron du RND n’a pas manqué de signaler l’existence d’une « mafia » cherchant à s’accaparer du complexe d’El-Hadjar.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email