-- -- -- / -- -- --
Nationale

Madrid évacue des dizaines de migrants Algériens

Madrid évacue des dizaines de migrants Algériens

Des dizaines de migrants algériens du centre d’Archidona ont été conduits, lundi soir, à bord de deux bus vers l’aéroport pour leur rapatriement en Algérie, rapporte ce mardi  le média local Diariosur.es.
Le rapatriement des Algériens a été décidé après la mort énigmatique d’un migrant, Mohamed B, qui aurait été tué par des policiers espagnols après une mutinerie. Plusieurs personnes ont, selon la même source, organisé un rassemblement devant le centre de rétention de migrants d’Archidona, dans une tentative d’empêcher l’expulsion des Algériens. La police espagnole a dû intervenir pour permettre aux deux bus de passer.
Dans des vidéos postées hier soir par un Algérien établi en Espagne, on peut voir une dizaine de personnes rassemblées devant le portail du centre, avant d’être évacuées par la police.
On entend, dans ces mêmes vidéos, des slogans appelant à « libérer les prisonniers » retentir. La police espagnole a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort du jeune Algérien dans une prison. Le corps a été découvert dans la prison toute neuve d’Archidona que le ministère de l’Intérieur avait décidé d’utiliser comme centre de rétention administrative provisoire près de Malaga en Andalousie, dans le sud du pays : « Une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances de la mort de cet interné, âgé de 36 ans et de nationalité algérienne », a annoncé la police nationale dans un communiqué. Le cadavre a été découvert à l’intérieur de sa chambre par des fonctionnaires chargés de sa surveillance qui n’ont pu le ranimer, selon la police. La justice avait autorisé, le 20 novembre, son placement en rétention jusqu’au 18 janvier, selon la même source.
Près de 500 migrants – majoritairement algériens – arrivés par la mer avaient été placés dans cet établissement pénitentiaire qui n’avait encore jamais servi, au grand dam des organisations de défense de leurs droits.
Les autorités avaient fait valoir que les centres de rétention pour étrangers étaient saturés et que cette prison était au moins équipée de douches, de chauffage, de lits et de salles de sport. Un journaliste espagnol a affirmé sur son compte Twitter que le migrant algérien décédé dans un centre de rétention en Espagne ne s’est pas suicidé.
Selon Sergio Rodrigo, qui travaille pour le journal El Mediterraneo, le jeune Mohamed B. aurait succombé à ses blessures après avoir reçu plusieurs coups assénés par des agents de police espagnols à la prison Archidona.
L’autopsie n’a pas encore été rendue publique, signale encore le journaliste espagnol.
Les autorités algériennes, qui sont restées pour le moment silencieuses sur les circonstances du décès suspect du migrant algérien, sont aujourd’hui appelées à faire toute la lumière avec les autorités espagnoles, surtout que l’on soupçonne fortement les policiers chargés de la sécurité du centre de s’adonner à des pratiques pour le moins immorales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email