-- -- -- / -- -- --
Nationale

Macron en Algérie avant la fin de l’année

Macron en Algérie avant la fin de l’année

Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique, le président français Emmanuel Macron devrait se rendre dans cinq pays du monde arabe, dont l’Algérie et le Maroc. Ces visites interviendraient entre la fin de l’année et le début de 2019, a ajouté la même source.

Il n’est pas exclu que le président Macron annonce officiellement, lors de cette visite, la restitution des crânes des résistants algériens retenus au Musée de l’Homme à Paris. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a évoqué récemment cette question lors de son déplacement à Paris. Emmanuel Macron a fait de nombreuses promesses à Alger lors de son déplacement express, et il a eu tout le temps de discuter avec plusieurs hauts dirigeants algériens pour tenter de recoller quelques morceaux. En effet, Alger attend de vrais investissements économiques pour que les affaires reprennent, permettant ainsi de créer les emplois tant recherchés.

Afin de calmer les appréhensions de ses partenaires algériens, Macron a pris des engagements devant le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le président Abdelaziz Bouteflika, avec lequel il a discuté pendant près d’une heure. Devant les deux hauts responsables du pays, Macron a assuré que lors de son prochain déplacement prévu au cours du dernier trimestre 2018, il ramènerait avec lui la plus importante délégation de chefs d’entreprises depuis son arrivée à l’Elysée. Et il a fait part de toute une nouvelle stratégie pour renforcer les investissements productifs français en Algérie. Il a expliqué à ses interlocuteurs algériens que les deux groupes français Renault et Peugeot allaient tenter de convaincre leurs sous-traitants de venir massivement en Algérie. Il s’agit de créer un tissu industriel local qui permettra de créer des emplois et de la richesse.

Selon les explications fournies par le chef de l’Etat français au Premier ministre algérien, l’agence Business France s’est d’ores et déjà rapprochée des cent premiers sous-traitants français pour vendre la destination Algérie. Macron a également confié que les banques françaises parmi les plus importantes, comme Société Générale et BNP Paribas, allaient offrir des crédits et un accompagnement aux entreprises qui décideront de s’installer en Algérie. Il a enfin fait savoir que la France était prête à accompagner l’Algérie dans son développement agricole, et ainsi réduire l’énorme facture des importations alimentaires des Algériens. La valeur estimée des importations alimentaires en Algérie a explosé ces derniers temps, passant de deux (2) milliards de dollars au début des années 2000 à 10 milliards au cours des six dernières années. Avec tous ces engagements, Macron espère en finir avec les tensions qui ont caractérisé ses relations avec l’Algérie.

Mais les Algériens attendent du concret et Macron devra réellement fournir des gages d’ici sa prochaine visite à Alger. Récemment le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a eu un entretien téléphonique avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves le Drian. Cet entretien a permis de passer en revue les

moyens de renforcement des relations bilatérales dans la perspective de la prochaine réunion du Comité mixte économique algéro-français (COMEFA) et la 2e session du Dialogue stratégique que coprésident les deux ministres, prévues à Paris au mois d’octobre prochain. Une délégation d’hommes d’affaires algériens se rendra en octobre prochain à Paris pour y rencontrer son homologue français a révélé Kaci Ait Yala président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française. Cette réunion permettra de passer en revue plusieurs dossiers de partenariat, a ajouté la même source. Les deux délégations d’hommes d’affaires aborderont la coopération bilatérale et le moyen adéquat de pénétrer le marché africain à travers des montages de sociétés à capitaux mixtes.

La partie algérienne apportera les capitaux, la partie française la technologie et enfin la partie africaine contribuera avec ses moyens logistiques. Les deux parties vont se concerter également sur le projet de l’usine Peugeot dont l’ouverture est prévue en principe à la fin de l’année. L’usine Peugeot prévue à Oran a obtenu au mois de février dernier après trois ans d’âpres négociations, le feu vert pour son implantation. Le long feuilleton d’hésitations et de reports s’est donc achevé et l’accord a donné naissance à la société Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA). Le site aura une capacité totale de 75 000 unités/an à terme. Autrement dit, cette capacité a été revue à la baisse, sachant qu’initialement, elle avait été évaluée à 100 000 unités.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email