-- -- -- / -- -- --
Nationale

Macron défie la loi du silence

Macron défie la loi du silence

Est-ce que c’est ce courage politique qui manquait aux différents gouvernements français de droite comme de gauche, qui se sont succédé depuis 1962 et que dénonçait hier l’ex-ministre français des AE Bernard Kouchner, qui vaut à Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle française, une levée de boucliers sans précédent que ce soit à droite (Fillon), à l’extrême droite (Marine Le Pen), ou enfin à gauche (Benoît Hamon). Ou d’avoir tout simplement énoncé une vérité qui dérange encore cinquante-cinq ans après la fin de la guerre ?

Mais au fait, qu’est-ce qui fait courir tous ces ténors de la politique qui dénoncent les propos de Macron qui a dit tout haut ce que pensent tout bas ces candidats ? Si on excepte Marine Le Pen, la fille de son père, para et tortionnaire durant la bataille d’Alger, le reste prête à sourire tant leurs arguments ne tiennent plus aujourd’hui la route devant la logique tenace des faits.

Qui peut aujourd’hui nier que l’armée française a tué de sang-froid des éléments de l’ALN, torturé des prisonniers de guerre (civils et militaires, femmes et vieillards) passé au napalm des villages entiers, emprisonné des milliers de combattants, et déplacé des villages entiers dans des camps de concentration construits à cet effet.

Et que dire des stigmates encore vivaces des explosions nucléaires au Sahara algérien. Pourtant avant Macron, un ancien ténor du PS français avait déjà tenu les mêmes propos sans être accusé de révisionniste ou de traître. L’ex-maire socialiste de Paris, Bertrand Delanöé, en visite en Algérie a demandé au gouvernement de son pays de présenter ses excuses à l’Algérie après les massacres des Algériens lors de la révolution algérienne.

« J’implore le gouvernement français de présenter ses excuses pour l’Algérie pour les crimes commis durant la guerre d’Algérie, notamment les massacres du 17 octobre 1961 commis à Paris par la police française », a-t-il dit en présence du wali d’Alger Abdelkader Zoukh.

L’ex-ministre des AE, Bernard Kouchner, a estimé quant à lui que la France a bien commis « des crimes horribles en Algérie » durant la colonisation et qu’elle doit le « reconnaître » parce qu’il y a « des faits et des événements qui ne peuvent être démentis ». « Les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas eu le courage nécessaire de faire cela. Et si elle l’avait fait, cela aurait participé à l’amélioration des relations entre les deux pays.

Les enfants des troisième et quatrième générations de français d’origine algérienne vont sentir que la France respecte le pays de leurs pères et de leurs grands-pères », a-t-il ajouté. Saisissant la balle au bond, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a déclaré qu’il « n’est pas question d’évacuer l’aspect mémoriel » des relations bilatérales entre l’Algérie et la France car, a-t-il ajouté, les relations entre les deux pays sont conditionnées par la prise en charge de la question de la mémoire.

Pour le ministre des Moudjahidine, la France « doit assumer ses responsabilités envers l’Algérie et les dossiers en suspens entre les deux pays doivent être pris en charge ». Il estime ainsi qu’une « volonté sincère » de la part de la France « était nécessaire pour entamer un travail sérieux entre les deux pays et régler définitivement les dossiers en suspens ». 

A propos de dossiers, il évoquera celui des essais dans le Sahara qui sont, selon lui, « une preuve de l’atrocité des crimes commis par la France coloniale en Algérie ». Mardi dernier, Emmanuel Macron avait déclaré dans une interview à une chaîne de télévision privée algérienne (Echourouk News) que la colonisation fait partie de l’histoire française.

« Je pense qu’il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certains ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m’entendrez tenir ce genre de propos. J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email