-- -- -- / -- -- --
Nationale

M. Bedoui : «Il faut enrichir la nomenclature des formations»

M. Bedoui : «Il faut enrichir la nomenclature des formations»

Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels peut accueillir 600 000 stagiaires et apprentis annuellement dans plus de 420 spécialités, au niveau de 1 200 établissements à travers le territoire national.

C’est ce qu’a affirmé, jeudi dernier à Alger, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Nouredine Bedoui. Il a ajouté que toutes les demandes de stage dans les centres ou autres instituts de formation seront prises en charge en prévision de la rentrée, prévue le 28 septembre prochain.

« Tout jeune qui demande à suivre un stage dans un centre ou un institut de formation professionnelle sera pris en charge à condition de répondre aux critères d’accès « a-t-il indiqué. Pour rappel, M. Bedoui avait déjà donné instruction aux directeurs des centres de formation de ne refuser aucune demande. En outre, le ministre a affirmé que le secteur de la formation est ouvert à tous les jeunes désireux de se former.

Notons à cet effet que 80 % des apprentis sont actuellement dans le monde du travail. Sans qualifications, personne ne pourra introduire à l’avenir une demande d’emploi, dans les secteurs public et privé. Par ailleurs, M. Bedoui s’est enquis des conditions d’accueil des stagiaires dans les Instituts nationaux des métiers de l’audiovisuel d’Ouled Fayet, du froid ainsi que des arts et industries graphiques de Bir Mourad Raïs et enfin de la maintenance industrielle de Beaulieu (Oued Smar).

Le ministre a déploré que ces établissements, ayant compétence sur le territoire national, ne dispensent des formations spécialisées – celles-ci ont néanmoins besoin d’une mise à niveau aux standards internationaux – qu’au niveau de la wilaya d’Alger, au profit des stagiaires du centre du pays.

Pour y remédier, le ministre a instruit les directeurs de ces instituts de réfléchir à la création de sections détachées dans les grands pôles urbains comme Oran, Constantine et Béchar, avec comme objectif de les inaugurer dès la rentrée professionnelle de février 2015. Ces sections détachées est une première étape avant la création des annexes.

Un Institut national doit avoir une vision au niveau national. C’est à l’établissement de se rapprocher des jeunes à la recherche de stages et non le contraire, a soutenu M. Bedoui.

S’agissant de la mise à niveau pédagogique, le ministre a invité le personnel d’encadrement des différents instituts à faire des propositions, dans le cadre des comités pédagogiques de ces établissements, en vue de créer de nouvelles spécialités. Les établissements de formation professionnelle enseignent des spécialités qui sont parfois dépassées alors que de nouvelles spécialités et

sous-spécialités ne sont toujours pas proposées malgré la forte demande. « Il faut réfléchir à enrichir la nomenclature des formations », a-t-il noté, exigeant que de nouvelles spécialités ou sous-spécialités soient ouvertes dès février prochain. M. Bedoui a par ailleurs incité les responsables des instituts et centres de formation à nouer des partenariats étrangers dans le cadre de la formation des formateurs, et ce en collaboration avec le ministère de tutelle.

Le personnel d’encadrement des quatre instituts inspectés a affiché son entière disposition à contribuer à cette mise à niveau pédagogique dont le but est d’arriver à doter le pays de pôles d’excellence en matière de formations de plus en plus spécialisées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email