Lutte contre la criminalité : L'Algérie renforce son arsenal juridique   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Lutte contre la criminalité : L’Algérie renforce son arsenal juridique  

Lutte contre la criminalité : L’Algérie renforce son arsenal juridique  

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a présenté, ce mardi, un projet de loi visant à modifier et compléter l’Ordonnance n° 66-156 portant Code pénal, lors d’une séance plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN). Tabi a souligné que cette initiative témoigne de l’engagement profond de l’Algérie dans la lutte internationale contre diverses formes de criminalité grave, en particulier le crime organisé et le terrorisme.

Ce projet de loi, qui découle des orientations du président de la République, vise à renforcer le cadre juridique algérien pour faire face aux défis posés par la criminalité contemporaine. Diverses mesures ont été mises en place pour combattre efficacement le crime organisé, le terrorisme, la corruption, le sabotage économique et l’espionnage pour des parties étrangères.

Selon le ministre, « de nombreuses dispositions prévues dans le projet de loi ont été introduites suite aux orientations du président de la République, notamment concernant la question de la protection du gestionnaire afin de relancer l’économie et  booster le développement, la protection des personnels de sécurité dans la lutte contre la criminalité et la divulgation de documents relatifs à la sécurité, à la défense et à l’économie nationale ».

Un autre aspect notoire de ce projet de loi concerne l’article 119 bis qui traite de la prévention et de la lutte contre la corruption. Le ministre de la Justice a souligné que cet article n’a pas été modifié en raison de son ancrage juridique dans la convention des Nations unies contre la corruption. Il a précisé que cet article définit les faits constituant les crimes de corruption et ne comportant pas des actes similaires à celles prévues dans l’article 119 bis.

Le ministre a affirmé que le crime stipulé dans l’article 119 bis, est une infraction intentionnelle à laquelle ont été introduits des éléments objectifs liés au non-respect des lois et/ou des règlements, et/ou des règles applicables pour constituer une faute pénale. Selon lui, la différence est, ainsi, claire entre celle-ci et l’erreur de gestion sachant que les instances sociales émettent un avis sur la nature des actes commis, s’ils relèvent de la gestion.

« Le pouvoir discrétionnaire du juge est déterminé par la disponibilité des deux éléments cités », a-t-il dit. L’article 119 bis modifié stipule que « tout agent public, conformément à la loi sur la prévention et la lutte contre la corruption, qui aura intentionnellement provoqué, en raison de l’inobservance des lois et/ou des règlements et/ou des normes de sécurité applicables, le vol, le détournement, la dilapidation de deniers publics ou privés ou autres effets (documents, titres, actes) qui étaient entre ses mains du fait de sa charge, sera puni d’une peine de prison allant de trois à cinq ans et d’une amende de 300 000 DA à 500 000 DA ».

Pour ce qui est de la légitime défense des agents de la force publique prévue dans l’article 149 bis 24 et des garanties de l’application correcte de cet article, le ministre a cité « la hausse étonnante et inédite des cas d’outrage à l’égard des agents de la force publique lors de l’accomplissement de leurs missions », faisant état « de 998 affaires en 2022 et 1.475 durant le premier semestre de 2023, au niveau des juridictions ».

Ce type de crimes, poursuit-il, a incité le président de la République à « donner des instructions pour assurer, impérativement, protection aux agents de la force publique lors de l’exercice de leurs missions, à travers des mécanismes et des moyens, dont la protection juridique, en vue de leur permettre de s’acquitter de leurs missions ».

« La pratique juridictionnelle en la matière condamne, dans la plupart des cas, les agents de la force publique qui recourent à la force pour riposter aux agressions commises à leur encontre ou sur autrui, ces dernières nécessitant l’application des dispositions de la légitime défense à l’exception de certains cas ».

Dans ce cadre, le ministre de la Justice a fait savoir que cet article prévoyait des règles pour l’application des dispositions de légitime défense par les agents de la force publique, en conférant, notamment au pouvoir judiciaire, à titre exclusif, le pouvoir d’établir les cas de légitime défense à travers les enquêtes diligentées par ce dernier, qui, dispose, pour ce faire, d’attributions élargies lui permettant de découvrir la vérité, outre l’instruction qui demeure totalement indépendant de l’enquête préliminaire menée par les officiers de police judiciaire.

Tabi a, par là même occasion, fait savoir que le Gouvernement s’attelait à « la mise en place d’un cadre juridique et règlementaire pour les caméras portatives, qui ont fait leurs preuves dans les Etats l’ayant adopté » en ce sens qu’elles permettent de « prouver les dépassements dont l’auteur serait aussi bien les agents de la force publique que les criminels, et ce, de manière transparente ». Concernant la mendicité des enfants dans le cadre d’un groupe criminel organisé, la nouveauté dans ce projet consiste en l’introduction de la mendicité avec mineur ou de son exposition à la mendicité dans le cadre d’une bande criminelle organisée, a indiqué le ministre, ajoutant que ce projet de loi prévoyait une peine de prison allant de 5 à 10 ans.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email