Lutte antitabac : Protection des enfants pour un avenir sans fumée   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Lutte antitabac : Protection des enfants pour un avenir sans fumée  

Lutte antitabac : Protection des enfants pour un avenir sans fumée   

La priorité de la protection des enfants contre le fléau du tabagisme à travers l’intensification des campagnes de sensibilisation a été soulignée par le ministre de la Santé lors de la Journée mondiale sans tabac, célébrée le 31 mai.

Lors de cette journée d’information, placée sous le thème « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », le ministre de la Santé, Abdelhak Saïhi, a souligné que l’Algérie, consciente des enjeux sanitaires et sociétaux liés au tabagisme, a fait de la lutte antitabac une priorité nationale. Le pays possède « un arsenal juridique appréciable », a-t-il dit dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général du ministère, Mohamed Talhi, devant un parterre constitué des acteurs clés de la lutte antitabac, dont des médecins spécialistes, des experts en santé publique et des représentants de la société civile.

Saïhi a insisté sur le fait que le tabac est une menace pour la santé publique, voire le facteur principal de certaines maladies cardiovasculaires et respiratoires, soulignant que son département a inscrit la lutte antitabac en tant qu’axe stratégique dans la prévention des maladies non-transmissibles et du cancer.

La stratégie nationale de lutte antitabac implique d’autres secteurs ministériels ainsi que la société civile, selon le ministre, qui a fait savoir qu’elle prévoyait plusieurs activités dont la mise en place d’un cadre de coordination pour la lutte antitabac, l’élaboration d’un guide pour la prise en charge des fumeurs et la création d’un dispositif d’aide au sevrage, à travers la relance des activités de 53 unités de consultation d’aide au sevrage tabagique réparties à travers le territoire national.

De son côté, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Algérie, Nouhou Amadou, a salué les efforts de l’Algérie dans ce sens, notamment à travers l’interdiction de fumer dans les espaces publics, la mise en place des programmes sur le sevrage et le lancement de campagnes de sensibilisation aux dangers du tabac, affichant la disponibilité de son organisation à accompagner l’Algérie dans ce domaine.

Il convient de noter que le tabagisme représente un problème de santé publique majeur. Les chiffres sont alarmants, le tabagisme est responsable de plus de 15 000 décès par an, soit une moyenne de 45 décès par jour, selon la dernière enquête réalisée en partenariat avec l’OMS. En outre, 7 000 fumeurs décèdent d’une crise cardiaque, 2 000 à 3 000 des cancers du larynx et du poumon et près de 1 500 autres de l’artériosclérose, les 4 000 restants sont directement liés à pas moins de 25 maladies en relation avec le tabagisme. Selon la même enquête le nombre de personnes âgées de 15 ans et plus consommant du tabac en Algérie s’élève à plus de 4,3 millions de personnes, parmi lesquelles 4,3 millions d’hommes et 100 000 femmes.

Pour les moins de 15 ans, les enquêtes sur le terrain ont démontré que plus de 8 % des enfants âgés entre 11 et 15 ans sont des fumeurs. Ainsi, la protection des enfants contre le fléau du tabagisme est une priorité absolue du fait que les enfants sont particulièrement vulnérables aux messages de l’industrie du tabac et aux dangers du tabagisme passif.

Plusieurs actions concrètes pour protéger les enfants du tabagisme ont été mises en place, notamment à travers le renforcement des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes qui visent à les informer sur les dangers du tabac et à les dissuader de commencer à fumer, en les encourageant à adopter un mode de vie sain. En outre, des programmes d’éducation à la santé ont été mis en place dans les écoles. Ces programmes permettent aux élèves d’acquérir des connaissances et des compétences pour faire face à la pression sociale et résister à l’envie d’allumer la première cigarette. Des ateliers animés par des professionnels de la santé et des éducateurs permettent aux élèves de comprendre les mécanismes de la dépendance au tabac et de développer des stratégies pour résister à la tentation de fumer, en partenariat avec la société civile.

Concernant l’arsenal juridique en vigueur pour lutter contre le tabagisme, il convient de citer la loi de la santé 18/11 dans la section 4, relative à la lutte contre les facteurs de risque et à la promotion des modes de vie saine, dans ses articles 50 à 58 liés au tabagisme. Ces articles contiennent l’interdiction de toute forme de promotion, de parrainage et de publicité en faveur des produits de tabac ainsi que la vente de ces derniers aux mineurs, la sanction par la loi des personnes qui fument dans les lieux affectés à un usage collectif ou accueillant le public, l’apposition d’avertissement spécifique sous forme de dessins ou de pictogrammes émanant de l’autorité de santé, ainsi que l’obligation faite aux producteurs d’apposer des étiquettes qui doivent porter des indications sur les principaux constituants toxiques et leurs émissions.

La loi renferme également dans ses annexes, dans les articles 402, 403 et 405, des amendes et sanctions imposées en cas de non-application et de non-respect des articles précités, des amendes de 2 000 à 1 000 000 DA.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email