-- -- -- / -- -- --
Culture

L’urgence d’une collecte

L’urgence d’une collecte

Lors du Colloque international sur le « Patrimoine musical de la Kabylie : contexte, forme et systèmes », initié par Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historique, du lundi 01 au mercredi 03 décembre, à Béjaïa, il s’agira de mettre l’accent sur la nécessité de préserver un patrimoine. 

En présence de chercheurs et enseignants universitaires de France, d’Espagne, de Tunisie et d’Algérie, le rendez-vous de trois jours entend « lever le voile sur le patrimoine musical de cette région et cerner de près non seulement son répertoire mais aussi le contexte social et historique de sa production ainsi que sa substance », a affirmé M. Mehenna Mahfouf, responsable scientifique au Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historique (CNRPAH), visiblement animé par la perspective de son inscription, à l’UNESCO, au titre de patrimoine culturel et immatériel de l’humanité.

D’aucuns ont mis effectivement le doigt sur l’impératif de rassembler le patrimoine musical de la région kabyle, de le sauvegarder et de le promouvoir, tant les menaces sur son existence sont réelles. « Les rites du chant s’effilochent tout autant que les contextes de leur expression », s’est désolé un participant qui estime que dans un passé récent tout était prétexte au chant.

Les berceuses pour endormir les enfants, les fêtes de mariages, les évocations amoureuses des femmes, les réunions religieuses et mystique, les naissances, l’ouverture des saisons agraires faisaient partis des mœurs et se déclinaient à foison, mais dont « la pratique s’émousse et se perd », a estimé M. Mahfouf.

Beaucoup de raisons en sont à l’origine, a observé ce chercheur, attribuant ce recul essentiellement à la disparition de beaucoup de rites, à l’origine ou motivant les chants, d’une part, et d’autre part, par la quasi-extinction du caractère féminin qui en était autant le vecteur essentiel de sa génération que de sa diffusion. Pour autant la substance reste intacte, notamment dans les villages kabyles, où sa collecte, sa transcription, son archivage et sa diffusion sont encore du domaine du possible, selon Mehenna Mahfouf.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email