-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’UNPEF accuse le ministère de saboter la langue arabe

L’UNPEF accuse le ministère de saboter la langue arabe

L’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF) s’oppose fermement à l’utilisation de la langue maternelle durant les deux premières années du cycle primaire.

Décidée par le ministère de l’Education nationale après la conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme de l’école tenue en juillet dernier, le président de l’UNPEF considère que la tutelle s’est précipitée en autorisant l’utilisation des dialectes sans tenir compte des conséquences d’une telle décision.

Dans son discours prononcé lors de l’université d’été qui a débuté avant-hier à Annaba, le président de l’UNPEF a critiqué la décision de la tutelle en proposant aux experts du ministère de l’Education de se pencher plutôt sur la promotion de la langue tamazight, « qui est l’une des constituantes de la personnalité algérienne » et « un rempart de l’unité nationale ».

Il a également proposé l’adoption de l’anglais comme première langue étrangère dès le primaire, au lieu de la langue française du fait que la langue de Shakespeare est classée première mondialement, car c’est la langue de la science et de la technologie par excellence.

Le porte-parole de l’UNPEF prévient dans le même discours que les auteurs de ces dernières recommandations veulent réaliser ce que la France coloniale n’a pas pu faire en portant un coup dur à la langue arabe. Il a ajouté que l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation refuse catégoriquement l’implication de l’école dans les conflits idéologiques stériles.

L’UNPEF souligne par ailleurs que les syndicats autonomes luttent depuis l’indépendance pour la liberté syndicale et rejettent fermement le retour à l’époque des années 1970 marquées par les conflits et les fausses batailles au moment où les efforts des pays du monde sont concentrés à concourir pour l’excellence scientifique et technologique.

La quatrième édition de l’université d’été, qui se poursuivra jusqu’à demain, est tenue sous le thème « La convergence et la coordination syndicale au service des travailleurs ».

Dans son discours rendu public, le président de l’UNPEF a également affirmé que sa formation souhaite faire de l’activité syndicale une réalité et non pas un simple slogan. Il a déclaré que cette édition de l’université d’été se déroule dans des conditions particulièrement difficiles qui impliquent le renforcement du front interne.

Cela demande, selon lui, des concessions de la part du pouvoir et de l’opposition pour préserver la paix et la stabilité du pays. Il a affirmé, par ailleurs, que cette rencontre de quatre jours est une occasion pour évaluer l’activité syndicale et un espace pour la sensibilisation du personnel et les travailleurs du secteur, et d’échanger des expériences, des opinions et des idées, afin de parvenir à des propositions et des recommandations à même de répondre aux attentes des professionnels de l’éducation.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email