-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Union pour la Méditerranée relancée

L’Union pour la Méditerranée relancée

L’Algérie participera à la Conférence des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Union pour la Méditerranée (UPM), qui se déroulera aujourd’hui à Barcelone dans le sud de l’Espagne, un rendez-vous qui marque une relance de cette organisation depuis une léthargie de plusieurs années.

C’est ce qu’a fait savoir, hier, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. L’Algérie, en tant que pays fondateur du Processus de Barcelone en 1992 et de l’UPM en 2008 à Marseille, saisira cette opportunité pour « plaider en faveur de la promotion des liens de bon voisinage et du renforcement d’une coopération régionale favorisant le rapprochement des peuples des deux rives et le développement des liens de partenariat de manière à faire face aux défis communs d’ordre sécuritaire et économique dans la région », a précisé le ministère.

La délégation algérienne, qui prendra part à cette conférence, sera conduite par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi.

Cette conférence servira d’occasion pour célébrer le 20e anniversaire du lancement du processus de Barcelone lequel avait pour ambition, selon ses promoteurs, de réaliser une coopération régionale euro-méditerranéenne.

La manifestation sera également l’occasion d’un examen du bilan et des perspectives de l’UPM, qui a succédé au Processus de Barcelone, en juillet 2008, a indiqué le ministère. L’Union pour la Méditerranée (UPM), officiellement dénommée « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée », est une organisation internationale intergouvernementale régionale. Elle a été fondée le 13 juillet 2008 à Marseille. Son siège est à Barcelone et comptait à sa création 43 pays de l’Union européenne et des riverains de la mer Méditerranée dont Israël.

L’Algérie a refusé d’intégrer cet espace estimant qu’il consacrait une normalisation rampante avec l’Etat sioniste. Alger avait réclamé alors des « clarifications » sur un projet « flou ». Cette conférence marque une relance de l’UPM quelques jours après les attentats terroristes qui ont visé la capitale française. L’UPM a été balayée par les printemps arabes successifs. La guerre de Ghaza en décembre 2008 avait ébréché le projet.

La chute du raïs égyptien et co-président de l’UPM, Hosni Moubarak, a terminé de fragiliser l’édifice en 2011. La menace terroriste incarnée par Daech et la question des réfugiés semblent avoir donné à ses promoteurs les arguments de sa remise sur rail.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email