-- -- -- / -- -- --
Monde Europe

L’Ukraine, la Palestine et la myopie occidentale

L’Ukraine, la Palestine et la myopie occidentale
Un Occident aveugle et sourd devant le drame palestinien

L’Occident impérial est dans une logique de prédation continue des pays anciennement colonisés. Son mode opératoire la destruction des structures étatiques, la dilapidation des ressources naturelles via une vaste campagne de diabolisation et de désinformation visant les élites dirigeants dans ces pays.

Ainsi la doctrine Rumsfeld-Cebrowsky tourne à plein régime contre toute voix « dissidente » ou objective. La politique de deux poids, deux mesures de l’Occident est grossièrement flagrante.

Les récents événements en Ukraine et en Palestine occupée ont fait éclater au grand jour l’hypocrisie d’un occident plus que jamais partiale et impérial. Les exactions de l’Etat criminel sioniste sont systématiquement passées sous silence, tandis que le moindre fait et geste russe en Ukraine est stigmatisé et dénoncé comme un crime de guerre et un génocide y compris par des fake news. Très subtilement, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a fait le parallèle entre la situation en Ukraine et celle au Moyen-Orient afin de dénoncer le double langage euro-américain. 

Pour sa part, et intervenant au Forum économique de Davos, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani a demandé à la «communauté internationale» de prêter autant attention aux problèmes du Moyen-Orient qu’à ceux de l’Europe. L’émir du Qatar dénonçait ainsi les deux poids, deux mesures des Européens dans l’affaire de l’assassinat de la journaliste palestinienne Shereen Abu Akleh, reporter à Aljazeera, la chaine d’information qatarie. 

Cheikh Tamim dénonçant à Davos le deux deux mesures de l’Occident

Selon Cheikh Tamim, la presse occidentale se concentre essentiellement sur la couverture des événements sur le continent européen, tandis que la série d’affrontements sanglants en Afrique et au Moyen-Orient est passée inaperçue dans les médias mainstream européens. Il a cité comme un exemple le conflit en Palestine occupée, l’agression contre les Palestiniens par les Israéliens.

Depuis 1948, ce conflit a été ignoré par les organismes des Nations unies et surtout par les grands médias internationaux. A Davos, Al-Thani a également appelé les participants à ne pas tolérer que les gouvernements aient deux poids, deux mesures en ce qui concerne la valeur des personnes fondées sur leur religion, leur région ou leur race.

Des bombardements israéliens sur Gaza qui n’émeuvent pas l’Occident

Preuve de la complaisance des médias occidentaux face aux erreurs de leurs gouvernements, les effets collatéraux du soutien euro-américain au gouvernement de Kiev. Peu de choses filtrent sur le trafic d’armes à partir de l’Ukraine. Ces centaines de milliers de pièces d’artillerie qui se trouvent ainsi disséminées sur les théâtres de guerre en Afrique du Nord, au Sahel et au Moyen-Orient. Autant dire que la boule de billard occidentale dépasse de loin la table des opérations ukrainienne pour placer plusieurs boules sur d’autres «échiquiers».

Dans un moment furtif de lucidité, le très orthodoxe Washington Post a publié un article sur la menace de voir les armes occidentales en Ukraine tomber entre les mains de terroristes.

Selon les experts, Washington n’est pas en mesure d’assurer le contrôle total de ses propres produits militaires sur le territoire ukrainien du fait de l’absence, officielle, de militaires occidentaux en Ukraine. Ainsi, une grande partie des produits militaires livrés à Kiev, en particulier les systèmes d‘armes antiaériens et antichars, se trouvent sur le marché noir, d’où ils arrivent en Afrique du Nord et au-delà dans des zones de conflit comme l’Irak, la Syrie et la Libye, où il y a une forte demande d’armement lourd de la part de groupes terroristes.

A Moscou, les analystes russes affirment que le gouvernement de Kiev utilise des méthodes « terroristes de guerre contre des civils et des soldats prisonniers », tout comme le groupe terroriste l’Etat Islamique Daech.

Pour les Russes, le mode opératoire ukrainien est similaire à celui des terroristes de Daech. Dans le Donbass, les services de sécurité ukrainiens organisent des actes de provocation et de diversion qui font souvent des victimes parmi les citoyens pacifiques. C’est dire que les extrémistes ukrainiens ont bombardés leurs compatriotes russophones.

Jusqu’à quand cette fuite en avant dans l’information, ou plutôt la désinformation ? En Europe, mais surtout en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le fact checking est devenu l’arme redoutable des détracteurs de la Russie.

Tout est fait pour travestir la réalité et faire croire via des manipulations sophistiquées que ce sont les Russes qui commettent les pires exactions, et non pas les milices paramilitaires néonazies.

Malgré toutes ces tentatives, les histoires sur les atrocités de l’armée ukrainienne contre les civils et les prisonniers russes sont devenues plus fréquentes dans l’espace médiatique des pays occidentaux en dépit de la cécité des décideurs. Ce sujet est en train d’être abordé dans des médias réputés.

Ainsi, les journalistes et les experts du quotidien français Le Monde ont examiné la vidéo qui date de fin avril avec l’assassinat de sang-froid, pour ne pas dire l’exécution, de trois soldats russes non armés par des soldats ukrainiens et ont conclu que la vidéo était authentique, en la recoupant avec d’autres images et documents. Cependant, les experts qui ont prouvé les crimes de guerre des Forces armées ukrainiens ont rappelé que la torture des prisonniers de guerre est strictement interdite par la Convention de Genève.

Enquête de Le Monde: Prisonniers russes égorgés par des soldats ukrainiens

Ainsi, la politique des deux poids, deux mesures, est devenue légion, ce qui est permis pour Israël, ne l’est pas pour un autre pays arabe, et même la Russie. Un nouvel ordre international de l’information est plus que jamais nécessaire afin de rétablir la justice au profit de la vérité d’abord et ensuite pour les peuples dont les causes n’ont pas droit de cité en Occident.

  

 

   

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email