-- -- -- / -- -- --
Nationale

Louh renouvelle les membres de la commission nationale

Louh renouvelle les membres de la commission nationale

L’Algérie œuvrera à doter son arsenal juridique des normes et des fondements internationaux liés aux droits de l’homme, et à imprégner le système judiciaire des valeurs humanitaires afin de garantir une vie digne à ses citoyens.

C’est ce qu’a indiqué, hier, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, lors de la cérémonie de l’installation des nouveaux membres de la commission nationale du droit international humanitaire à la Cour suprême.

Par la même occasion, i a rappelé que l’Algérie a, depuis la guerre de libération, veillé à adopter les principes du droit international humanitaire, d’où l’adhésion de son gouvernement provisoire aux conventions de Genève du 20 juin 1960.

Il a indiqué à ce propos que ces valeurs, susceptibles de protéger le statut réservé à l’être humain existent déjà dans le texte coranique, et qu’elles ont toujours été le dogme du peuple algérien. S’agissant des règles qui régissent le traitement des détenus de guerre, le ministre a souligné que le passé historique de l’Algérie témoigne visiblement de l’ancrage de ces valeurs au fond de la société.

À ce propos, Louh a tenu à rappeler que le fondateur de l’Etat algérien contemporain, l’Emir Abdelkader Ben Mahieddine, a été le premier à introduire les principes de bon traitement pendant la période coloniale, à travers ses célèbres résolutions de 1843.

Par ailleurs, Louh a signalé que la violation des droits de l’homme est à l’origine des foyers de tensions et d’instabilité de par le monde.

Et c’est pour cette raison que l’Algérie ne cesse de dénoncer l’ingérence dans les affaires internes des pays et la transgression des souverainetés des nations. Rappelons que la commission nationale de droit international et humanitaire a été créée en vertu du décret 08-163 du 4 juin 2008.

Elle tire son origine des quatre conventions de Genève (1949) ainsi que des deux protocoles annexés en 1977, portant restriction des moyens employés lors des guerres. Cette commission est présidée par le ministre de la Justice, auquel échoient l’installation et le renouvellement de ses membres tous les trois ans.

Elle est composée de 24 membres, dont 19 représentent divers ministères. Quant aux cinq autres membres , il s’agit des représentants de plusieurs institutions, à savoir le Conseil national des droits de l’homme ( CNDH), le Croissant rouge algérien (CRA) et les Scout musulmans algériens, ainsi que la Gendarmerie nationale et la Sûreté nationale.

Parmi les missions de la commission en question, la proposition de ratification des conventions et des traités internationaux liés au droit humanitaire, l’organisation des forums et séminaires, mais aussi étudier et procéder à des opérations à l’évacuation des missions assignées.

La commission tient ses réunions, en session ordinaire, deux fois par an au siège du ministère de la Justice. Comme elle peut prévoir des sessions extraordinaires en fonction des exigences.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email