-- -- -- / -- -- --
Nationale

Louh appelle à la réforme du système financier mondial

Louh appelle à la réforme du système financier mondial

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a plaidé, avant-hier à Vienne, pour la réforme du système financier et bancaire mondial afin de mieux lutter contre le blanchiment d’argent et la corruption.

S’exprimant à la 7e session de la conférence des Etats parties à la convention des Nations unies contre la corruption (ONUDC), M. Louh a appelé à « la réforme du système financier et bancaire mondial, en rapport notamment avec le commerce international, dans le but de faire face au blanchiment du produit du crime et aux paradis fiscaux qui constituent aujourd’hui un défi à la volonté commune de lutter contre la corruption sous toutes ses formes », a indiqué un communiqué du ministère de la Justice.

Il a relevé, par la même occasion, « l’engagement de l’Algérie en matière de lutte contre la corruption, qui s’exprime clairement à travers la forte volonté politique découlant du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à savoir la réforme profonde de la justice et le renforcement de son indépendance, la modernisation et le développement des modes de gestion et le renforcement de la formation du magistrat, et ce pour lui permettre de faire face aux nouvelles formes de criminalité, notamment le crime organisé transnational ».

Après avoir annoncé la création des pôles pénaux spécialisés, dotés d’outils d’investigation modernes ainsi que le renforcement des services du parquet par des assistants spécialisés dans les domaines de la finance et de l’économie, M. Louh a affirmé que l’Algérie « s’est également dotée d’un arsenal juridique conforme à la Convention par la promulgation d’une loi relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, qui comporte des dispositions relatives à la prévention et à l’incrimination des actes de corruption, à la coopération internationale et au recouvrement des avoirs ».

M. Louh, qui a cité, à titre d’exemple, la création de l’Office central de répression de la corruption, a également rappelé la révision constitutionnelle de 2016 qui renforce l’Etat de droit et garantit l’exercice et la protection des libertés individuelles, laquelle a érigé l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption en institution constitutionnelle.

Le ministre a noté également que la révision du dispositif normatif « a concerné les dispositions de la loi relative aux marchés publics, en plus de l’élaboration de la loi relative aux cas d’incompatibilité, au conflit d’intérêt, à la déclaration du patrimoine concernant certaines fonctions, et ce en vue d’assurer plus de transparence et d’instaurer des règles relatives à la concurrence loyale ».

Le ministre a relevé que les recommandations issues du rapport onusien « ont fait l’objet d’une attention particulière ayant abouti à la révision du code de procédure pénale, à travers l’introduction d’un chapitre dédié à la protection des témoins, victimes, experts et dénonciateurs ».

M. Louh a indiqué que l’Algérie « a donné son accord pour la publication sur les sites gouvernementaux et sur celui de l’ONUDC du rapport d’examen, et ce dans une totale transparence ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email