-- -- -- / -- -- --
Nationale

Lorsque le simple smartphone se substitue à la ‘’Com’’

Lorsque le simple smartphone se substitue à la ‘’Com’’

Mystérieux. Les candidats à la candidature de la présidentielle d’avril 2019 ne semblent pas conscients de l’importance de la Com. Presque aucune « pointure » susceptible de susciter l’intérêt des électeurs n’a compris que la communication est l’épine dorsale de la campagne.

L’outil indispensable pour toucher le maximum d’Algériens. Le moyen tout indiqué pour jouer dans la cour des grands…candidats. Il faut dire que les Algériens restent sur leur faim. Aucun candidat, ou presque, n’a jugé utile de créer un site internet du genre « flenBenflen2019.dz », et ce pour pouvoir communiquer en non-stop avec les citoyens. Non. Rien de tout de cela n’a attiré les directions des campagnes des candidats, hormis le Président-candidat qui a derrière lui deux grand partis politiques qui se partagent les institutions du pays, et deux autres partis qui ont eux aussi, même à un degré moindre, des ramifications dans les collectivités locales. En revanche, dans la course à la présidentielle algérienne, faire campagne sur internet est l’apanage de candidats que la presse qualifie d’« atypiques ». Citons dans ce sens Rachid Nekkaz, dont le « Pôle communication » de la direction de campagne se limite à un…smartphone. Ce Sorbonnard de 47 ans sillonne le pays, depuis qu’il a retiré les documents de candidature du ministère de l’Intérieur. Ayant choisi de rencontrer ses éventuels électeurs ? Chez eux, Nekkaz n’a que son portable « intelligent » qui lui permet de transmettre en direct ses déplacements. Le nombre de vue est conséquent : Entre 200 et 300 000 vues. Un autre candidat « atypique » semble suivre les pas du natif de Paris, qui crie à qui veut l’entendre qu’il n’est plus français depuis sa remise de la CNI française aux autorités de l’Hexagone. Il s’agit de Mohamed Missoum dit « Spécifik », un ex-député qui aimait à tirer à boulets rouges sur certains ministres. Ce natif de Ksar El Boukhari, sans site internet pour la conjoncture, utilise lui-aussi le smartphone. Sauf que « Spécifik » a confié la mission de filmer à un de ses collaborateurs. Il ne doit pas, apparemment, maîtriser les techniques du « Selfie » comme le fait Nekkaz, mais l’ex-patron de la laiterie de Ksar El Boukhari réussit quand même à faire le buzz : entre 100 000 et 250 000 vues. Le troisième qui voyage à travers les wilayas, muni de son smartphone, est Ghani Mahdi, ex-présentateur télé à Al Magharibia basée à Londres. Lui aussi attire les foules, notamment les jeunes et son compteur You Tube frôle en moyenne les 100 000 vues. Sinon, point de site internet qui aurait par exemple pour nom de domaine …« GhaniMahdi2019.com ».

Silence radio chez les « grosses pointures »

Quant aux « grosses pointures » où, du moins, pour ceux qui se présentent comme telles, comme Ali Benflis, Ali Ghédiri, Abderazzak Makri ou encore Abdelkader Bengrina, la « Com » relève carrément de l’accessoire. On n’a rien vu pour l’instant. Ni une WebTv qui permettrait au candidat de s’adresser au « peuple », ni un site internet digne de ce nom, et encore moins se faire « selfier » comme le font les candidats « atypiques ». Peut-être que ces « Grands » refusent de descendre à un tel niveau. Un niveau qui permet toutefois aux « candidats des rues » de drainer les foules là où ils atterrissent. En attendant le quitus du Conseil constitutionnel et les résultats des urnes

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email