-- -- -- / -- -- --
Nationale

Lorsque la grande famille se réunit autour d’un copieux repas

Lorsque la grande famille se réunit autour d’un copieux repas

Le Mawlid Ennabaoui ou « Mouloud » en dialecte algérien, commémoré demain 12 décembre, est l’anniversaire de la naissance du Prophète (Que le salut soit sur Lui). En ce grand jour, toutes les régions de notre belle Algérie font la fête dans la joie et la gaîté, en prenant soin de réunir la grande famille, en général chez les grands-parents.

Et c’est là où un grand diner, appelé « aâchat el mouloud », est préparé par la grand-mère. Le mets est préparé selon les traditions et spécialités culinaires de chaque région. Comme le veut la tradition , l’ambiance de cette fête est vécue selon les mœurs de chaque région.

Contrairement aux plus jeunes, qui prennent le côté « explosif » du mawlid en s’amusant jusqu’à une heure tardive de la nuit en faisant exploser des fusées, des feux d’artifices et des pétards, les adultes fêtent le Mawlid à la maison.

Autour d’un copieux repas. Zahia, mère de famille résidant à Alger depuis 50 ans, nous raconte comment était fêtée ‘’El Mawlid Ennabaoui’’ dans sa région natale, Constantine. « Pour ce grand jour, ma maman se levait très tôt pour préparer le plat dédié à la fête.

Elle nous faisait une succulente ‘’chakhchoukha omerzéïme’’, à base de miettes de galette, à la viande et au poulet. Le mets est arrosé à la sauce rouge, épaisse, et accompagnée de petit-lait crémeux à souhait », relate cette hadja de 70 ans. Avec une note de nostalgie, hadja Zahia continue de nous bercer : « Après ce copieux repas, on promenait dans toute la maison un ‘’kanoun’’ rempli de braises ardentes sur lesquelles on jetait de pleines poignées d’encens qui, tout en grésillant, répandait un parfum envoûtant.

Pendant ce temps, les petits-enfants gambadaient dans le patio, heureux de fêter le Mawlid avec les adultes qui fredonnaient le célèbre hymne « Mouloud ya mouloud, mouloud ya n’bi !!…. « .

Hmmmm, c’est succulent !

Et pour finir son témoignage, la septuagénaire conclut avec le sourire en coin, comme pour nous dire que cette époque est révolue à jamais. « Pendant la nuit, dans chaque pièce on allumait une petite bougie, colorée et fine, dont la flamme vacillante éclairait, nos chambres ».

Quant à khalti Zoulikha, native de La Casbah d’Alger il y a 65 ans, la fête du Mawlid Ennabaoui était beaucoup plus une « affaire d’enfants ». « Après le repas, en général une rechta au poulet, on réunissait tous les mômes de la « douira » pour leur enduire de henné les mains », se rappelle notre interlocutrice, rencontrée au marché de Bab El Oued où elle faisait ses emplettes pour la fête. Pour Leila, habitant à Oued Roumane près de Draria, le Mawlid Ennabaoui Echarif est un véritable retour aux sources.

Cette quadragénaire, ex-enseignante de lycée et mère de 3 enfants, témoigne : « Pendant les fêtes, notamment ‘’El Mouloud’’, je me dirige tout de go à la cuisine ! En général, je prépare pour le premier jour l’incontournable ‘’rechta’’, un plat traditionnel algérois par excellence et qui est savouré par tous. En revanche, pour le deuxième jour, je choisis la ‘’chakhchoukha bessakria’’ , ou feuilles de msemen en sauce rouge avec des légumes. Hmmmm c’est succulent ! ».

La jeune maman nous confie en outre qu’elle vient juste de déménager dans sa nouvelle maison, et pour cet heureux événement elle fera, dit-elle, « un grand dîner pour toute la famille ». Et d’insister que « sa famille ne tolérera aucun pétard à la maison ! ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email