-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’opposition prépare son sommet

L’opposition prépare son sommet

C’est aujourd’hui que l’Instance de concertation et de suivi tranchera les derniers détails du sommet de l’opposition que cette dernière prévoit vers la fin du mois de mars prochain. Selon des dirigeants de l’ICS, cette réunion devrait parachever l’accord sur deux textes importants qui seront soumis aux leaders des partis politiques présents.

Le premier concerne la déclaration de politique générale, dans laquelle il est question de définir les contours de la nouvelle plate-forme dite de Mazafran2. Cette dernière exprime non seulement une stratégie dite de sortie de crise, sorte de feuille de route politique, selon des règles et des critères préalablement définis, mais aussi un diagnostic global sur la situation politique, sociale et économique du pays. Rappelons que c’est ce texte fondateur, signé à Zéralda en juin 2014 au lendemain de Présidentielle remportée par Bouteflika, dont certains dispositifs font polémique, qui fait aujourd’hui l’objet d’une légère “révision”. Selon des déclarations de certains chefs de l’opposition membres de l’ICS, la commission qui a rédigé le texte a volontairement évacué toute référence idéologique, appuyant ainsi ses principales revendications politiques, à savoir la création d’un organe indépendant chargé des élections, l’instauration d’une période dite de transition, qui sera mise à profit pour instaurer des élections générales et permettre ainsi la mise en place d’institutions légitimes et démocratiques. Pour cette opposition, le principe fondamental de cette transition est le « processus pacifique » et concerté et le « passage démocratique d’une période vers une autre phase républicaine ». Cependant, ce texte ne fait pas encore l’unanimité chez toute cette opposition, certaines formations contestent déjà le diagnostic et les solutions proposées.

L’autre document qui sera validé lors de cette réunion concernera la liste des nouveaux adhérents ou arrivants, notamment les partis qui n’ont pas été encore agréés par le ministère de l’Intérieur. Ils sont une bonne quinzaine regroupée dans une coordination provisoire et qui attendent un hypothétique quitus depuis des mois. Il est également question lors de cette rencontre de lancer ou pas des invitations à des personnalités nationales, comme d’anciens chefs de gouvernement ou des figures historiques. On croit savoir que l’idée d’inviter l’ancien président Liamine Zeroual et Ahmed Taleb Ibrahimi au sommet Mazafran 2 n’a pas été adoptée.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email