-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’opposition dans un sommet en rangs dispersés

L’opposition dans un sommet en rangs dispersés

Les partis de l’opposition s’apprêtent à se rencontrer lundi prochain au siège du MSP dans un contexte assez particulier. En effet, cette opposition connaît depuis peu des divergences criardes sur la question des législatives, la participation et surtout l’analyse de la situation politique du pays.

Déjà que les deux pôles de cette opposition, en l’occurrence, la Coordination nationale des libertés (CNLTD) et les Forces du changement, se sont divisées sur cette question de la participation aux prochaines élections.

En effet, le Jil jadid de Sofiane Djilali aura été le premier parti à claquer la porte et à annoncer son divorce avec la CNLTD, estimant qu’une participation à ces législatives est une “légitimation indirecte” du statu quo, alors que les principaux motifs des revendications démocratiques existent toujours. Quelques mois plus tard, c’est au tour du parti d’Ali Benflis d’mboîter le pas à Jil Jadid .

D’ailleurs, curieusement, il aura été difficile pour les boycotteurs de convaincre leurs partenaires de l’opposition à les rejoindre dans cette action. En fait, le contexte aura bien changé depuis l’émergence des deux grands pôles de l’opposition. L’ambiance et le rythme de la présidentielles de l’époque sont devenus des vieux souvenirs, pour ne pas dire des parenthèses politiques.

Désormais, la majorité de cette opposition se prépare à ces élections, alors qu’elle ne cesse de critiquer les différentes démarches du gouvernement quant à la supervision, au contrôle et surtout à l’observation du déroulement du processus électoral.

Aussi bien les partis membres de la CNLTD que ceux qui siègent au sein du pôle des Forces du changement, tous, sans exception, même les deux partis boycotteurs, disent qu’ils ne font pas confiance ou craignent la « fraude ». Tous restent sceptiques quant à la mise en place de la Haute instance indépendante chargée de la supervision des élections. Ils le font savoir à chaque occasion et à chaque meeting. 

Mais, chaque parti aura développé ses propres arguments pour valider son ticket à ces législatives. Et c’est sans doute ces points de vue contradictoires qui seront exposés lors de ce sommet organisé sous l’égide de l’Instance de concertation et de suivi (ICS). Selon nos informations, l’un des points qui font la convergence de cette opposition demeure sans aucun doute le projet de création d’un bloc « pour superviser les élections ».

Il s’agit d’une instance parallèle à celle que préside Abdelkader Derbal, dont l’installation est prévue demain au Club des Pins. Le projet a mûri, nous dit-on, depuis trois mois, et c’est grâce à l’apport d’un haut dirigeant du parti d’Abdellah Djaballah que le texte sera proposé et soumis aux débats de ce sommet. L’idée est de laisser la HIISE faire son travail, comme le prévoit la Constitution et les récents décrets exécutifs, et qu’en parallèle à cette activité, l’opposition va créer sa propre instance, dont la finalité est d’observer, de contrôler et de superviser tout le déroulement du processus électoral.

Ce processus commencera d’abord par la remise par l’administration des fichiers électoraux, la nomination des scrutateurs au sein des bureaux de vote, la rédaction des PV de dépouillement, les rapports de signalement des dérapages ou des anomalies depuis la campagne électorale jusqu’au comptage des voix exprimées.

L’opposition veut faire par elle-même le travail que doit faire ou est censé faire la Haute instance de Derbal, même si cette dernière a les prérogatives que lui confèrent la Constitution, alors que l’autre est plutôt calquée sur la précédente expérience de la CNISEL, cette défunte commission qui regroupait les représentants des partis politiques sans exception. Pour certains, il s’agirait d’une manœuvre politique pour discréditer la HIISE, ou pour gêner les éventuelles actions émanant des partis qui siègent au sein du gouvernement, comme le FLN ou le RND.

Rappelons que la création d’un organe indépendant est une vieille revendication de cette opposition, et qui figure expressément dans le texte fondateur de la plate-forme de Zéralda. Ce qui illustre les contradictions répétées dans le discours de l’opposition.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email