Loi syndicale : Les syndicats autonomes réitèrent leur rejet  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Loi syndicale : Les syndicats autonomes réitèrent leur rejet 

Loi syndicale : Les syndicats autonomes réitèrent leur rejet 

Les 27 syndicats autonomes ont réaffirmé, dans une déclaration, leur rejet du projet de loi relatif à l’exercice syndical adopté par l’Assemblée populaire nationale le 8 mars dernier et par le Conseil de la nation le 29 du même mois, saluant les groupes parlementaires qui les ont soutenus en rejetant le texte. 

Même après avoir été adopté par l’Assemblée populaire nationale le 8 mars dernier et par le conseil de la nation le 29 du même mois, le projet de loi relatif à l’exercice syndical continue à être rejeté par les 27 syndicats autonomes, qui ont réaffirmé leur position dans une déclaration, à l’issue de la réunion tenue samedi dernier. 

« Nous dénonçons avec rigueur la politique du fait accompli, notamment pour ce qui est de l’adoption du projet de loi relatif à l’exercice syndical par le Parlement, avec ses deux Chambres, malgré son rejet par les syndicats autonomes des différents secteurs », a précisé ladite déclaration. 

Les syndicats ont néanmoins tenu à saluer la position des groupes parlementaires qui ont rejeté le texte. « L’histoire retiendra leur position positive quant à la défense de l’exercice syndical », a ajouté la même source, notant que « les députés du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et Bina ont voté contre le texte en question ».

En dernier lieu, les syndicats autonomes se disent « décidés à poursuivre la lutte pour faire réviser les deux textes », à savoir celui relatif à l’exercice syndical, déjà adopté, et le projet de loi concernant la prévention et le règlement des conflits collectifs de travail et de l’exercice du droit de grève, qui est actuellement en examen à l’APN, et ce « en usant de tous les moyens légaux dans le cadre d’un dialogue social national franc et responsable ».

Pour rappel, depuis le début de leur combat, les syndicats algériens autonomes ne cessent de réitérer leur rejet et refus des deux projets de loi relatifs aux modalités d’exercice syndical et au règlement des conflits du travail ainsi qu’au droit de grève. Ces derniers considèrent lesdits projets comme étant « une dérive et une atteinte aux libertés syndicales ».  

Dans une déclaration au Jeune Indépendant, le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l´éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura, a fait savoir que les syndicats n’ont rien à attendre des députés, dont « certains n’ont même pas lu les deux projets de loi ». « Nous avons suivi les débats dans un hémicycle vide, ce qui est très grave » a-t-il indiqué.

Le SG du SATEF a souligné qu’« en tant que syndicats, nous n’allons pas baisser les bras ; le combat continue. Ce projet va, par la suite, passer au niveau du Sénat et nous allons profiter de cette période pour mobiliser encore plus nos militants et adhérents ».

« Une fois le projet adopté, nous allons saisir officiellement le Bureau international du travail (BIT), dont l’Algérie est signataire des conventions 87, 89 relatives à l’activité syndicale et au droit de grève », a-t-il ajouté.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email