-- -- -- / -- -- --
Nationale

Loi de finances : Ouyahia rencontre la majorité présidentielle

Loi de finances : Ouyahia rencontre la majorité présidentielle

C’est devenu pratiquement une tradition politique. A chaque événement important, comme la présentation et un débat sur un projet de loi controversé au niveau de l’APN, le Premier ministre Ahmed Ouyahia mobilise ses troupes et invite les autres partis de la mouvance présidentielle à adhérer à sa ligne de conduite et à défendre les thèses du gouvernement.

Selon ses assertions, à défaut d’avoir construit une alliance présidentielle élargie, il faut installer ce mécanisme de concertation et de dialogue entre ces partis politiques fédérés autour d’un programme.

C’est en quelque sorte une réponse déguisée aux résistances de certaines chapelles et aux colères de l’opposition qui ne cessent de critiquer certaines démarches des autorités.

C’est ainsi qu’Ouyahia a rencontré avant-hier les responsables des formations de la majorité présidentielle (FLN, TAJ, MPA) pour discuter du projet de loi de finances pour 2018 qui est examiné au niveau de la commission spécialisée de l’APN.

Il s’agit de la seconde rencontre entre le gouvernement et la majorité consacrée à ce projet, après celle qui a précédé l’adoption des amendements sur le financement non conventionnel, qui avait soulevé des polémiques.

Pour Ouyahia, c’est « une tradition louable » et cette rencontre a « été fructueuse et complémentaire », estimant que « dans tous les pays, la majorité discute avec le gouvernement et le gouvernement prend connaissance des avis de la majorité ».

Le Premier ministre a insisté que cette « rencontre ne veut pas dire que les autres partis politiques n’ont pas leur place dans ce débat », réaffirmant que tout « parti qui souhaite tenir une rencontre est le bienvenu et le bureau du Premier ministre est ouvert à tous les Algériens ».

Au terme de cette rencontre, les chefs des quatre partis politiques ont salué les dispositions prévues dans le projet de loi de finances (PLF), notamment celles concernant la préservation des acquis sociaux sur lesquels a insisté le président Abdelaziz Bouteflika lors de la réunion du Conseil des ministres.

Le SG du FLN, Djamel Ould Abbès, a affirmé que ce PLF « prévoit des mesures positives pour les citoyens, les catégories vulnérables et les investisseurs », indiquant que le « gouvernement a élaboré avec sagesse de nouvelles dispositions au profit des Hauts Plateaux, du grand Sud et des communes ». Le patron du FLN a relevé une « forte hausse des investissements dans le cadre de la préservation des acquis sociaux ».

De son côté, Amar Ghoul, président du TAJ, a estimé que l’Etat « n’a pas renoncé à son rôle social », relevant que le texte « contribuera à relancer la croissance au niveau local en impulsant une nouvelle dynamique au Fonds de soutien au Sud et aux régions des Hauts Plateaux, tout en préservant les grands équilibres financiers et en encourageant l’investissement et la croissance hors hydrocarbures ».

Il a souligné la « franchise » qui caractérisa la rencontre, qualifiant le débat de« riche et profond ».
Quant à Amara Benyounès, président du MPA, il a mis en avant l’importance de ce rendez-vous qui va permettre de « défendre avec force et conviction le PLF ».

Benyounès a révélé que cette réunion a permis également de débattre des modalités de coordination entre les groupes parlementaires des formations faisant partie de la majorité présidentielle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email