-- -- -- / -- -- --
Nationale

Loi de finances 2016, quel impact sur l’entreprise ?

Loi de finances 2016, quel impact sur l’entreprise ?

La salle des délibérations de l’APW a abrité une journée de sensibilisation sur les principales dispositions de la loi de Finances 2016, organisée par la délégation du Forum des chefs d’entreprise (FCE) de la wilaya de Médéa sous le haut patronage du wali.

S’exprimant devant un aréopage de patrons d’entreprises, de représentants d’organismes économiques, de gestionnaires publics et de responsables locaux, des comptables agréés et des Commissaires aux comptes, le chef de bureau du FCE de Médéa, Mohamed Chenine, a exprimé la disposition de l’entreprise à « œuvrer à la promotion de l’investissement dans la wilaya où existent trois zones industrielles et un parc industriel en cours de réalisation d’une superficie de 200 hectares à Ksar El Boukhari.

La wilaya dispose d’importants atouts naturels dont la mise en valeur sera facilitée par l’existence d’un réseau routier d’un linéaire de plus de 4 000 kms qui sera renforcé par la réalisation d’une autoroute et une nouvelle ligne de chemin de fer en cours de réalisation. »

Articulant son intervention autour de 3 axes principaux, M. Benali Brahim, directeur des relations publiques et de la communication auprès de la Direction générale des impôts, déroulera les principales dispositions de la loi de Finances 2016, en passant en revue la taille du budget de l’Etat, les cibles et les objectifs assignés, et les différentes mesures prises de la LF 2106 par rapport aux objectifs.

Pour l’orateur, la LF 2106 qui vise à favoriser l’investissement, la fiscalité et la simplification de l’impôt au contribuable, n’inclut pas d’impôt nouveau, mais prévoit une mobilisation de ressources nouvelles par le Trésor, le secteur bancaire ainsi que le marché financier, une bancarisation des ressources qui circulent, l’encouragement de l’investissement et des entreprises à valeur ajoutée et des filières de substitution à l’importation, ainsi que l’élargissement des instruments de mobilisation de l’épargne, et la bancarisation des ressources de l’économie.

Le cadrage macroéconomique de la LF 2016 a introduit des mesures de soutien à l’investissement et à la promotion de la production nationale par l’institution de l’obligation de réinvestissement dans un délai de 4 ans de 30% des bénéfices correspondant aux avantages accordés, et un taux réduit de 7% en matière de TVA sur l’importation par les fabricants de concentré minéral vitaminé, etc.

Pour Chebila Samir, sous-directeur de la législation, de la réglementation procédures fiscales, les mesures contenues dans la LF tendent à l’amélioration et au redéploiement des ressources et instaurent un réaménagement des tarifs des vignettes automobiles et de leur affectation, etc..

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email