-- -- -- / -- -- --
Nationale

Action du gouvernement: L’irritation à peine voilée de Tebboune

Action du gouvernement: L’irritation à peine voilée de Tebboune

L’irritation du président de la république à l’endroit de l’action du gouvernement était à peine voilée au cours du conseil des ministres. En deux mois d’absence, pour des soins médicaux et de convalescence, son premier rendez-vous avec son cabinet exécutif n’est pas totalement réjouissant. Pourtant, ce conseil des ministres n’a écouté que la moitié des départements ministériels.

Avec le retour aux affaires du chef de l’État, c’est l’heure des bilans pour le gouvernement d’Abdelaziz Djerad. Un conseil des ministres qui devient logiquement un véritable test après une année de gestion, de promesses, de prises de décisions et d’évaluation périodique.
Il est vrai que la crise sanitaire est passée par là, affectant fortement les performances et les rendements dans presque tous les secteurs. Une crise qui a influé négativement sur la croissance économique, les échanges commerciaux et les recettes du pays.

Mais est-ce vraiment une raison pour expliquer encore une fois les retards et les énormes carences dans plusieurs secteurs économiques, et qui auraient pu plutôt en profiter du contexte et de facteurs plus que favorables, comme la numérisation, le e-paiement ou le m-paiement?

Ainsi, d’emblée le président de la république n’a pas hésité à qualifier ce bilan de mitigé, citant les bons exemples, comme l’Industrie pharmaceutique ou encore celui des Start-up et le soutien à l’emploi des jeunes. Alors que des walis ont subi des reproches et de la désapprobation sur la gestion du dossier des zones d’ombre, pierre angulaire du programme présidentiel. Certains walis n’ont pas séparé les programmes de développement local de ces programmes spéciaux dédiés aux zones d’ombre, bien que certains commis de l’État ont lancé certaines initiatives positives telles que l’approvisionnement en eau et en gaz par l’intermédiaire de réservoirs dans des régions frontalières.

S’agissant du secteur financier, le chef de l’État plaide pour des inspections au niveau des banques à l’effet de vérifier la transparence dans l’octroi des prêts. Ceci, tout en ordonnant l’accélération de la numérisation du secteur des douanes à l’effet de circonscrire le fléau de la surfacturation et l’absorption des fonds sur le marché informel.
Dans le secteur de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, le Président a insisté sur la nécessité de consacrer l’autonomie de chaque université, encourageant le partenariat et le jumelage avec les universités étrangères. Au chapitre culturel, le président de la République a insisté sur la nécessité de remédier immédiatement à la faiblesse enregistrée dans l’industrie cinématographique qui n’a pas encore atteint un niveau économique à même de créer de l’emploi et, ainsi, participer à l’essor économique du pays.

Dans le secteur des mines, le chef de l’État a mis l’accent sur la nécessité de poursuivre l’effort consenti pour valoriser les ressources minérales de notre pays, soulignant l’importance de commencer, dès que c’est possible, l’exploitation effective de la mine Ghar Djebilet et la mine de zinc et de phosphate à Amizour, dans la wilaya de Béjaïa. Ceci en sus de finaliser les procédures en vue de lancer les grands projets structurants du secteur.
Dans le secteur de la pêche, le président de la République a insisté sur l’impératif d’accorder toutes les facilités pour lancer une industrie navale locale à même, selon lui, de renforcer le pavillon naval national et ainsi consolider les capacités de production.

Au delà des instructions données par Tebboune au gouvernement pour réactiver certains secteurs dont l’impact social et économique est crucial, il y a lieu de noter que cet oral est dépourvu de chiffres ou de taux d’évaluation.

Pour les observateurs, ce test comme le prochain conseil des ministres, dont la date n’est pas fixée, anticipe déjà à un remaniement de l’exécutif, ou à un lifting. Car, il est notoire que certains départements ministériels ont échoué dans l’exécution de leurs programmes, comme d’autres ministres ont commis des dérapages verbaux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email