-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’intersyndicale maintient la grève d’aujourd’hui

L’intersyndicale maintient la grève d’aujourd’hui

En dépit des assurances données par le ministère de l’Education nationale quant à la satisfaction de la majorité des revendications soulevées, la Coordination intersyndicale de l’éducation maintient son mouvement de grève annoncé pour aujourd’hui et demain.
Suite aux propos de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, lors de la conférence de presse qu’elle a animée dimanche matin, les représentants des syndicats ont décidé de maintenir l’appel à la grève nationale pour les 10 et 11 février prochains.

Ils demandent une prise en charge « urgente » des revendications soulevées. Dans un communiqué de presse rendu public dimanche, les membres de l’intersyndicale ont indiqué que « le ministère sera le seul responsable des répercussions de ce mouvement de protestation », qualifiant d’ « ambiguës » les réponses de la ministre au sujet des revendications urgentes exprimées, ne fixant aucun délai pour la satisfaction de celles-ci.

L’intersyndicale, qui s’est réunie dimanche soir à Alger, a dénoncé ce qu’elle a appelé « les tentatives désespérées du ministère de tromper l’opinion publique ». L’instance syndicale a par ailleurs dénoncé « les critiques faites par le ministère à l’encontre des syndicats de l’éducation et la tentative de ternir leur image en les accusant d’œuvrer à réaliser des acquis purement syndicaux ».

Il convient de rappeler que la ministre de l’Education nationale a indiqué que la révision des statuts des travailleurs de l’éducation ne devait pas se faire sous pression ou dans la précipitation. Elle a souligné que la stabilité du secteur était une priorité majeure.

S’agissant des revendications socioprofessionnelles des travailleurs, notamment celles soulevées par les sept syndicats indépendants, la ministre a fait savoir que « plusieurs d’entre elles ont été satisfaites » soulignant que le dialogue se poursuit avec le partenaire social pour trouver des solutions concrètes aux revendications en suspens, lesquelles demandent plus de temps. Elle a, dans ce sens, appelé les syndicats qui optent pour la grève à faire prévaloir la « raison » d’autant qu’il s’agit de l’avenir des élèves.

Contacté par nos soins, le coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST), Meziane Meriane, a fait savoir que la problématique du statut particulier est caractérisée par de « l’ambiguïté ».

« On parle d’un examen du statut particulier, mais on ne nous dit pas quand il sera rouvert », a martelé M. Meriane. Et d’ajouter : « Le débrayage est maintenu, et il n’y a aucun syndicat qui s’est retiré de la coordination intersyndicale », a affirmé M. Meriane. De son côté, le secrétaire général du Conseil des lycées d’Alger (CLA), Idir Achour, joint au téléphone, a salué les décisions de la tutelle concernant le statut particulier, ajoutant que celles-ci restent insuffisantes puisqu’il n’y a pas de feuille de route qui garantisse leur concrétisation. « Il faut un calendrier qui détermine le temps qu’il faut pour procéder à la révision du statut particulier des travailleurs du secteur », a plaidé M. Achour. 

Il est utile de rappeler que la Coordination intersyndicale de l’éducation qui regroupe sept syndicats, avait appelé à ce mouvement de grève pour demander la révision des statuts des différents corps de l’éducation nationale dans un souci « d’équité et de justice » en matière de classement, de promotion, de réintégration et de postes nouvellement créés.

Les syndicats concernés sont en l’occurrence le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST), le Conseil national élargi des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST), l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), le syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), le Syndicat national des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et enfin le Syndicat du Conseil des lycées d’Alger (CLA).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email