-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

L’insuffisance cardiaque tue plus que le cancer

L’insuffisance cardiaque  tue plus que le cancer

Compte tenu de la progression « ahurissante » de l’insuffisance cardiaque, l’ouverture de service de gériatrie, une priorité aujourd’hui 

Le Pr Djamal Eddine Nibouche, Chef de service cardiologie de l’hôpital Nefissa Hamoud (ex parnet) a mis en garde à Alger contre les risques de l’insuffisance cardiaque estimant que cette maladie tuait plus que le cancer. « L’insuffisance cardiaque, maladie ignorée même par les spécialistes, tue plus que le cancer”, a prévenu le spécialiste qui s’exprimait lors d’un séminaire à l’occasion de la journée mondiale du cœur. 

Le diabète et l’hypertension artérielle sont les principaux facteurs de risque de la maladie lorsque celle ci n’est pas d’ordre génétique, explique le spécialiste pour qui “le facteur age ne doit pas être négligé”.

La progression des pathologies chroniques notamment les maladies coronariennes ou encore l’insuffisance du myocarde est due en premier plan à des complications du diabète ou broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), a précisé PR Nibouche qui a appelé les autorités publiques à prendre en charge l’insuffisance cardiaque qui représente à son sens un véritable “problème de santé publique”.

Le médecin généraliste joue, à ce titre un rôle primordial au regard des contacts permanents qu’il entretient avec le malade, insiste PR Nibouche pour qui le généraliste doit bénéficier d’une formation dans ce domaine.

L’a mise en place d’une organisation de soins en réseau est indispensable. une telle organisation doit être chapeautée par un interniste, un diabétologue ou encore le médecin généraliste, a-t-il dit se prévalant à cet égard de l’expérience menée par le service cardiologie du CHU Nefissa Hamoud qui prend en charge les malades cardiaques d’Alger et ses environs.

Il a souligné la nécessité d’ouvrir des unités spécialisées et la promotion de l’hôpital du jour et l’hospitalisation à domicile. La formation continue demeure plus que nécessaire, a-t-il recommandé.

L’ouverture d’un service de gériatrie, une priorité aujourd’hui Compte tenu de la progression “ahurissante” de l’insuffisance cardiaque, les autorités publiques doivent envisager de créer des unités de gériatrie dans le cadre d’une stratégie nationale de prise en charge de la maladie.

L’Algérie compte de plus en plus de personnes âgées. Cette catégorie estimée à 7 % de la population est appelée à atteindre 12% dans les quelques années à venir, prévoit le spécialiste. La création d’unités de gériatrie en Algérie doit se faire dans le cadre d’une stratégie nationale et d’une carte sanitaire globale à laquelle experts et spécialistes doivent être associés.

De son coté, le PR Mohamed El Faiz Zannad, expert international est revenu sur l’aspect prévention contre cette maladie, grave en terme de mortalité et de morbidité et qui implique des retombées néfastes sur la qualité de vie du malade.
Il a mis en avant l’importance des traitements prescrits et du suivi du malade qui favorisera un recul de 60 % du taux de mortalité par insuffisance cardiaque.

PR Zannad a saisi l’occasion pour lancer un appel à la société algérienne de cardiologie à coordonner ses actions avec les établissements internationaux spécialisées pour améliorer la qualité des soins en Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email