-- -- -- / -- -- --
Monde

L’ingérence israélienne dans les affaires américaines est «sans précédent»

L’ingérence israélienne dans les affaires américaines est «sans précédent»

Au milieu de la bataille féroce entre la Maison Blanche et le lobby pro-israélien, le président dit qu’il ne se souvient pas d’un « exemple similaire » d’ingérence.

Le président Barack Obama déclare que l’ingérence israélienne dans les affaires intérieures des États-Unis avant le vote du Congrès sur l’accord nucléaire iranien est sans précédent.

Dans une interview avec Fareed Zakaria de CNN, dont un extrait a été publié samedi avant l’intégralité de l’entretien dimanche, Obama répond à la question : est-il « approprié pour un chef de gouvernement étranger de s’ingérer dans une affaire américaine ».

Le président répond qu’il laissera Zakaria « poser cette question au Premier ministre [Benjamin] Netanyahu s’il vous accorde une interview, » avant d’ajouter : « Je ne me souviens pas d’un exemple similaire. » Dans un autre extrait, Obama déclare que Netanyahu a tout faux lorsqu’il affirme que l’accord n’entravera pas les ambitions nucléaires iraniennes.

« Sur le fond, le Premier ministre a tort sur ce point, » a dit Obama. « Je peux montrer que les hypothèses de base qu’il a faites sur ce sujet sont incorrectes. » En fait, dit le président, l’accord est « très bon pour Israël ».
Israël veut à tout prix saboter l’accord.

Le lobby pro-israélien aux Etats-Unis, American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), fait pression sur les membres du Congress pour qu’ils rejettent l’accord. Il a entrepris le mois dernier une action de lobbying de grande envergure contre l’accord, envoyant des centaines de militants de tout le pays à Washington pour convaincre les membres du Congrès de s’y opposer. Le Congrès doit voter sur l’accord le mois prochain. La bataille oppose l’administration Obama à Israël et à l’AIPAC.

L’Arabie saoudite, ennemi de l’Iran, compte sur Israël pour faire capoter l’accord. Face à une opposition républicaine uniforme, 21 des 188 démocrates de la Chambre ont annoncé leur soutien tandis que neuf ont déclaré leur opposition, y compris les deux principaux démocrates juifs. Obama a promis d’opposer son veto à tout refus du Congrès. Dans ce cas, au moins 34 des 40 démocrates du Sénat devront voter en faveur de l’accord.

La Maison Blanche a vivement critiqué les opposants à l’accord, les mettant au défi de présenter des solutions alternatives.
Obama a prononcé un discours politique sur l’Iran la semaine dernière à l’Université américaine de Washington, dans lequel il a isolé Israël dans son opposition à l’accord et qualifié les objections d’Israël à l’accord de « mauvaises ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email