-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’information, une force décisive de la Révolution de Novembre

L’information, une force décisive de la Révolution de Novembre

Deux ministres étaient présents à la Radio algérienne pour la sortie, vendredi, du premier jour d’un timbre d’Algérie Poste à l’effigie d’Aïssa Messasoudi, le héros de la guerre de libération dans le domaine de l’information. Il s’agit de Hamid Grine, ministre de la Communication et d’Iman-Houda Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.

Aïssa Messaoudi, en sa qualité de travailleur s’est vu honorer par la présence de Sidi Saïd, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens, à cette émission du timbre à son effigie.

La guerre de libération nationale n’aurait pas connu pour la défendre cet immense élan venu de la profondeur du cœur et de l’âme sans la présence d’Aïssa Messaoudi au micro de la radio de Tunis.

Ce génie, qui savait manier en maître la langue arabe, utilisait les arguments force de cette langue pour les mettre au service de la guerre de libération nationale. Il avait le don suprême de rendre vivante et incisive cette langue pour combattre et mettre à terre toutes les dérives du système colonial.

Toute l’Algérie l’écoutait de 1958 à 1962 sur les ondes de Sawrt El djazair : moudjahidine dans les djebels, moussebiline dans les villes, les familles dans leur maison, et tous s’enthousiasmaient du son de sa voix qui rimait avec la victoire. Aïssa Messaoudi restera pour toujours ce symbole qui a porté haut l’emblème de notre pays.

Une émouvante cérémonie, ponctuée par des chants patriotiques ainsi que la lecture de la Fatiha, a été rendue à sa mémoire par les deux ministres et les travailleurs de la Radio et de la Télévision algériennes qui célèbrent en ce mois d’octobre le 54e anniversaire de la création de ces deux institutions. Parmi eux, les anciens se souviennent de l’immense défi qu’ils ont eu à relever en octobre 1962, quant l’Etat colonial a cessé d’émettre.

« Ils ont tout pris avec eux : les équipements, le matériel, les moyens techniques et toute l’administration, nous laissant les mains nues. Malgré cela, nous avons réussi à mettre en place notre radio et télévision nationales », se souvient Zoheir Abdelatif, un vétéran de la radio, aujourd’hui en retraite. 

Depuis Aïssa Messaoudi, ce hardi précurseur du secteur national de l’information, un bond prodigieux a été réalisé et nos moyens nationaux dans les domaines de la radio et de la télévision rivalisent aujourd’hui, en matériel technique et en compétences humaines avec leurs homologues dans le monde.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email