-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’inculpé arrache l’œil gauche de sa victime !

L’inculpé arrache l’œil gauche de sa victime !

Reconnu coupable de coups et blessures volontaires ayant entraîné l’amputation d’un organe suivi de vol, un récidiviste en matière de poursuites judiciaires répondant aux initiales de B.T., âgé de 46 ans, célibataire, chômeur de son état et demeurant à Belcourt, a été condamné mercredi dernier à sept ans de prison ferme assortis de deux millions de dinars de dommages et intérêts.

Le mis en cause, qui a un casier judiciaire comptant pas moins de 18 condamnations pénales pour plusieurs chefs d’inculpation, notamment vols et agressions musclées depuis qu’il est mineur, n’a pu se défendre face au président du tribunal criminel d’Alger, M. Boualem Bekri, entouré de Mme Fatiha Djazaïri et M. Ahmed Bouhamidi, et a fini par tomber dans le piège qui lui a été tendu par le magistrat en charge du dossier.

wLe juge a d’emblée interrogé l’inculpé sur la relation qui le lie à la victime : Est-ce que vous connaissez la victime ? interrompt le président « Oui ! Oui ! Monsieur le président c’est un ami à moi, on buvait ensemble chaque jour sous le pont de Souk El-Harrach ! ».

Est-ce que vous pouvez nous citer les prénoms des enfants de la victime ? Clame haut et fort le président appuyé par sa conseillère. « Je… Je… Je…ne me rappelle pas monsieur le président ! ».
les faits de cette affaire remontent au 3 mai 2010, aux enivrons de 18H15. La victime, un ancien agent de sécurité de la Sonatrach, marié et père de trois enfants s’apprêtait alors à rejoindre son domicile familial aucun moment i n’a pensé qu’il allait perdre l’usage de son œil gauche pour avoir tout simplement refusé de donner 200 dinars à son agresseur !

Il n’a pas douté un seul instant que son bourreau allait lui assener un solide coup de poing au visage plus particulièrement à l’œil gauche. Une fois par terre, il a été trainé quelques mètres et traité de tous les noms, sans hésitation aucune, avant d’être délesté de son portable cellulaire de marque Nokia 1 100 ainsi de 3 000 dinars, La victime a tout fait pour esquiver à une mort certaine.

Ayant pris la fuite, elle s’est rendue à l’hôpital de Parnet où elle a reçu les premiers soins ignorant qu’il y aurait des complications le lendemain matin. Le jour d’après, elle s’est rendue à l’hôpital Mustapha-Pacha après consultation, le médecin a conclu que le patient avait perdu l’usage de son œil gauche. Un arrêt de travail de 30 jours lui a été présent, tout en le gardant au niveau du service d’ophtalmologie pour une intervention chirurgicale compliquée.

Trois jours plus tard, la mère de la victime s’est rendue au commissariat de police de son quartier pour faire part de l’agression musclée dont a été victime son fils. Renseignements pris, les enquêteurs se sont immédiatement rendus à l’hôpital où ils ont pris attache avec le blessé, qui leur fourni notamment la description physique de son agresseur et les circonstances dans lesquelles il a été frappé.

Les investigateurs de la police judiciaire se sont déplacés sur le lieu du drame sans toutefois parvenir à l’arrêter, celui-ci ayant pris soin de ne plus roder dans les alentours. Ils ont dès lors tenu à informer le procureur de la République du tribunal d’El-Harrach, qui a lancé à son encontre un mandat d’arrêt.

Après plusieurs années de recherches, il a fini par être appréhendé. Lors de son passage à la barre, le mis en cause a reconnu avoir assené à la victime un solide coup de poing, mais il a par contre rejeté l’accusation relative à l’intention de lui cause la perte de l’usage de l’œil gauche : « Je suis vraiment désolé pour la victime ! Je lui demande pardon, monsieur le président ! Je ne savais pas que le coup que je lui avais donné allait lui être fatal pour toute la vie ! ».

Appelé à la barre pour donner sa version des faits, la victime a dressé un dur réquisitoire contre l’inculpé : « Je n’arrive toujours pas à réaliser ce qui m’est arrivé. J’ai perdu mon œil gauche pour 200 dinars ! Le bourreau que vous avez en face de vous, monsieur le président, m’a détruit !

Je suis sur le point de placer un œil artificiel que j’ai payé 8 millions de centimes auprès d’un privé. Je dois me déplacer à l’hôpital de Djelfa où des médecins cubains m’attendent depuis quelques jours. Je ne lui pardonnerai jamais ce qu’il m’a fait ! Il s’est acharné sur moi comme un véritable criminel ! ».

L’avocat de la partie civile a demandé une réparation matérielle estimée à plus de 500 millions de centimes, arguant que les préjudices matériels et moraux sont réunis.

Le procureur général a requis dix ans de prison ferme estimant que toutes les preuves légales et matérielles relatives aux accusations sont formelles, notamment en ce qui concerne l’intention criminelle : « Sans hésitation aucune, il a assené à sa proie un coup de poing à l’aide d’un objet contendant. Le mis en cause ne mérite ni clémence ni indulgence de votre honorable tribunal ». Et d’ajouter : « C’est un individu dangereux qui a 18 condamnations en matières correctionnelle et pénale.

Il doit être sévèrement condamné ». L’avocat de la défense, coincé par les aveux de son client, le témoignage de la victime et les demandes du procureur général, s’est contenté de solliciter l’application des articles ayant trait aux circonstances atténuantes. A l’issue des délibérations, les membres du tribunal criminel d’Alger ont répondu par oui à toutes les questions relatives à la culpabilité et à l’intention et l’usage de la force ; mais ils ont par contre répondu par non aux circonstances atténuantes stipulées dans les articles 53 du code pénal et 592 du code de procédures pénales.

Il convient de signaler que cette affaire revient après cassation les juges de la chambre criminelle de la Cour suprême ayant accepté la révision du procès. Il a écopé lors de son premier jugement de 3 ans de prison ferme. Il a insisté sur la révision de la peine prononcée à son encontre, estimant qu’elle était « lourde ».Par ailleurs, son avocat compte introduire un autre pourvoi en cassation dans le délai légal de 8 jours, et ce dans le but de le faire bénéficier de l’indulgence des juges et membres du jury.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email