-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’importation des véhicules neufs est effective

L’importation des véhicules neufs est effective

Le retour de l’importation des véhicules neufs en Algérie est effectif. La liste finale des concessionnaires retenus sera rendue publique prochainement. A l’occasion de l’annonce des concessionnaires agréés pour l’importation des voitures neuves, cette démarche du gouvernement alimente déjà le débat, allant jusqu’à appeler au gel de cette opération compte tenu de l’impact qu’elle aura sur les réserves de change du pays.

Le sénateur Abdelouahab Benzaim, qui préconise la mesure relative à l’importation des véhicules de moins de trois ans – une mesure «inapplicable» selon le ministre de l’Industrie – appelle au gel de l’importation des voitures neuves. Dans un message posté sur sa page Facebook, le sénateur estime que «le problème ne réside pas dans la délivrance des licences et le choix des bénéficiaires.

Le problème, c’est de savoir si nous avons suffisamment de devises pour financer, au taux officiel, les importations de véhicules ?», s’est-il interrogé, faisant remarquer la baisse continue de nos réserves de change et rappelant que «ces opérations d’importation sont facturées à des centaines de millions de dollars».

Il s’est également interrogé sur la compétence du ministère de l’Industrie dans la délivrance des licences d’importation. «Quelle est la relation entre le ministère de l’Industrie et les licences d’importation ? A ma connaissance, c’est le ministère du Commerce qui se charge des opérations d’importation», a-t-il indiqué, avant d’appeler au gel de cette mesure pour laquelle le gouvernement a opté. M. Benzaim plaide, cependant, en faveur de l’importation des véhicules de moins de trois ans.

Une mesure qui, selon lui, «conservera les réserves de change en laissant les citoyens financer ces véhicules sur leurs fonds propres». Le sénateur affirme que «ces voitures font l’objet d’un contrôle rigoureux et qu’il est impossible de les trafiquer». «Nous n’avons qu’à vérifier leur conformité par rapport au cahier des charges technique», a-t-il ajouté.

Exprimant son souhait de voir le gouvernement prendre des mesures dans ce sens, le sénateur n’a pas hésité à faire le parallèle avec le limogeage du ministre des Transports et celui du P-DG d’Air Algérie, et ce à cause d’une opération d’importation opérée par la filiale catering de la compagnie aérienne nationale, laquelle n’aurait pas pris en considération la situation financière difficile que traverse le pays.

Du côté du gouvernement, le retour à l’importation des voitures neuves est effectif. Il a été, en effet, décidé de libérer l’importation des véhicules neufs afin de répondre aux besoins du marché national. «On a reçu depuis le début de l’année en cours des instructions de président de la République et il y a un accord unanime au niveau du gouvernement pour libérer l’importation des véhicules neufs afin d’alimenter le marché national en véhicules de tout genre, notamment utilitaires, qui sont nécessaires pour les institutions et les commerçants», a indiqué ce dimanche le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham, lequel annonce le recensement de 40 dossiers complets.

«Nous avons tardé dans le choix des dossiers des importateurs de véhicules neufs car il fallait bien examiner leur conformité aux conditions fixées dans le cahier des charges et s’assurer que le client ne soit pas pris en otage, comme c’était le cas dans le passé», a-t-il indiqué. Il a tenu à préciser que «ce n’est pas l’Etat qui va importer les véhicules mais les concessionnaires».

Ferhat Ait Ali Braham, pour qui «la finalité n’est pas d’encourager l’importation mais de bâtir une vraie industrie automobile en Algérie», affirme que, dans les marques concernées par les premières autorisations d’importation, il y a des marques intéressantes, de tous les modèles, dont celles destinées aux petites bourses et celles-ci qui ont donné leur accord aux concessionnaires algériens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email